10 janvier 2016 7 10 /01 /janvier /2016 15:25

> FILMS :

 

TOP 2015 :

 

. Chappie : j'ai trouvé le tout très bien réalisé, c'est beaucoup plus original que je l'imaginais, surtout au niveau des personnages, de la bande-son et de l'esthétique globale et bien sûr... j'ai trouvé ce film extremement touchant !

 

. Jurassic World : de l'autodérision et du fan service totalement assumé, j'ai passé un super bon moment avec des frissons comme quand j'étais petite et que je regardais les deux premiers ! Je rafole des dinos en plus, bref, c'était badass, c'était marrant, j'adhère !

 

. Mad Max : la grosse putain de claque visuelle, tout est classe et fascinant à souhait, le désert, les persos, les véhicules, le groupe de métal... !! 

 

. A la poursuite de demain : j'ai été très sensible au message du film ainsi qu'à son copté "émerveillez vous devant les scènes et imaginez que ça ferait de supers attractions !"

 

. Human : pour son message également, car il faut avouer que le documentaire souffre d'un problème de rythme et d'un excès de sobriété. On dirait un peu un livre photo filmé.

 

. Seul sur Mars : Le Fossoyeur de films l'a qualifié de survival guilleret et je trouve que c'est tout à fait ça ! Rien de plus à ajouter !

 

. Vice Versa : le film d'animation de l'année, très touchant et très bien pensé (c'est le cas de le dire !)

 

. The Visit : moi, j'aime Shyamalan, et je vous embête. Je suis fan de son style, de ses ambiances et de son ironie. Honnêtement, quand survient la surprise finale, je suis restée bouche bée, je ne l'avais pas vu venir, comme on dit !

 

. Birdman : très bien réalisé et très bien joué, un des meilleurs films de l'année... malgré sa fin trop ouverte à mon sens.

 

. Whiplash : brillant, vraiment brillant ! Gros coup de coeur ! C'est tellement bien que je ne sais pas quoi dire de plus.

 

. The Imitation Game : très instructif, petit coup de coeur pour le personnage d'Alan Turing que j'ai découvert grâce au film.

 

. Kingsman : décalé et déjanté, j'aime !

 

Il y a eu aussi quelques autres films sympa : Projet Almanac, La Rage au ventre, Les Minions...

 

Autres films et coups de coeur :

 

. Only lovers left alive : des vampires et une ambiance comme je les aime. Énorme coup de cœur !

 

. Super Trash : un documentaire excellent et révoltant sur les décharges... A voir !

 

. Le Conte de la princesse Kaguya : sublime, autant le coup de crayon que l'histoire, un film enivrant !

 

. Imaginearum : je pensais seulement regarder un film sympa avec une bonne musique (Nightwish) voire une belle esthétique... et j'ai pris une grosse claque ! C'est très beau et très réfléchi, il y a vraiment beaucoup de thèmes abordés, et bien abordés : enfance, deuil, vieillesse et maladie...

 

. Boyhood : petit morceau d'art que j'attendais. La réalisation en elle-même est correcte, c'est surtout le concept qui est pour moi un petit morceau d'art. 10 ans pour faire le film, on prend des gamins et on voit leur évolution sur toute l'enfance et l'adolescence, ça se termine à l'entrée a la fac. Ennuyeux au début, on tombe dedans et on est scotché.

 

. I origins : j'ai adoré les personnages et la chute ! Coup de cœur encore pour ce film de 2014 !

 

Et d'autres encore qui m'ont vraiment bien plu !

. St Vincent

. The judge

. Night Call

. The Fall

. Horns

. The Jacket

. Dans l'ombre de Mary

. En solitaire

. Extracted

. We are what we are

 

... Et comme d'habitude je vais m'arrêter aux films que j'ai vraiment beaucoup aimés car j'en regarde beaucoup (même si moins qu'avant) et ça serait vraiment trop long si je devais parler en plus des films que j'ai jugé moyens, passables, ou nuls...

 

J'ai visionné d'excellents films cette année (qu'ils soient de l'année ou plus anciens) qui ont comblés mon besoin de l'an passé de me confronter à de véritables petites pépites d'art. Autant je ne suis pas totalement satisfaite de mes parties lecture et écriture, autant je suis absolument ravie de mon année filmique ! J'ai trouvé ce que je cherchais, et en plus de cela, sans tous les qualifier de chef-d'oeuvre, j'ai vu beaucoup de films vraiment bien fait, sympathiques, divertissants ou émouvants. Bref, 2015 a été une bonne année pour les films ! Et c'est rare que ça le soit à ce point. Du coup pour 2016, j'attends simplement de ne pas être déçue...

 

> SÉRIES :

 

Nouveautés :

 

. Better Call Saul saison 1 : presque aussi bon que Breaking Bad ! ;) J'attends la suite à avec la plus grande impatience.

 

. Fear TWD saison 1 : encore plus de gens qui tentent de survivre parmi les zombies et les vilaines personnes à suivre, mais je sur-aime !! La suitteee, vite !

 

. Wayward Pines saison 1 : ne vous fiez pas au début un peu plan-plan, il y a un rebondissement vraiment très bien foutu au milieu, et à partir de là la série change du tout au tout ! Les épisodes 5 et 6 sont vraiment très bien construits, à voir rien au moins pour ça ! Même si l'univers et la "morale" (entre très gros guillemets) vaut largement le détour.

 

. The Drivers saison 1 : c'est bien monté, le premier épisode m'a un peu fait pensé à du BB. Le point fort de cette mini série est l'acteur principal ! (Le Gouverneur ! ;)

 

. Mr Robot saison 1 : il va de soi que cette série et son héros m'ont tout de suite tapé dans l'oeil, même si j'ai un gros bémol sur la fin. Le perso et sa mission est classe ouais... mais en fait ça s'arrête un peu là et c'est dommage. Je trouve trop de défauts dans le scénario et la mise en scène pour que ça soit un vrai gros coup de coeur. Mais je suis tout de même.

 

. BoJack Horseman saisons 1 et 2 : juste hilarant ! C'est à la fois cynique et mignon, pas si bête (jeu de mot...) et les gags sur les personnages animaux-humanoides me font toujours mourir de rire ! En passe de venir l'une de mes séries d'animations favorites !

 

. The Last Man on Earth saisons 1 et 2 : Très drôle et déjanté, c'est LA série de 2015 pour passer un bon moment sans prise de tête. J'adore et ai hâte de la suite aussi !

 

. Gotham saison 1  : pas trop mal même si plus on avance et plus on trouve d'incohérences...

 

. Scream saison 1 : bof bof... c'était tout de même sympa mais je ne regarderai pas la suite.

 

Découverte de séries un peu plus anciennes et en une saison unique :

. How TV ruined your life

. Louie

 

Toujours en cours, mes favorites :

. Doctor Who saison 9

. The Walking Dead saison 6

. Black Mirror saison 2

. South Park saison 19 (meilleure que les dernières !)

 

En cours, je suis plus ou moins déçue :

. True Detective saison 2 (je me suis moins attachée aux persos)

. Les Revenants saison 2 (moins fouillé)

. Fargo saison 2 (dommage, cette saison 2 est ratée)

 

Terminée :

. This Is England 86 88 90 (une des meilleures séries du monde !)

 

Annulées : :(

. In The Flesh

 

Et dernière série que je suis avec grand plaisir, mais ne sais pas très bien dans quelle catégorie classer :

. Dragon Ball Super(en cours après avoir regardé tous les épisodes de Dragon Ball Z et tous les OAV !)

 

J'ai regardé plus de séries que d'habitude et d'ailleurs j'en suis de plus en plus. Je peux maintenant dire que j'adhère totalement au format, j'y ai vraiment pris goût au fur et à mesure des années ! (Je vous rappelle qu'il y a quelques années je n'aimais pas spécialement les séries.) Comme les films, pour l'année prochaine je continuerai sur ma lancée, j'espère ne pas être déçue, continuer de regarder mes séries en cours et d'en découvrir de nouvelles.

 

> JEUX :

 

Nouveaux jeux appris :

 

Tales of Xidit

Elysium

Killer Bunnies

Puerto Rico

Lord of Waterdeep

Settlers

Caylus

Spyrium

 

Mes classiques :

 

Terra Mystica, Les Châteaux de Bourgogne, Hawai, l'Age de pierre, Dongeon Petz, Gozu, Dice Town, Minivilles...

 

2015 a sans conteste été une année ludique !

 

Que ce soit sur plateau en famille ou par le biais d'internet, j'ai beaucoup joué cette année, ce qui explique en partie le fait que j'ai moins regardé de films ou lu de livres (même si au final il n'y a pas une différence flagrante par rapport aux autres années dans ma revue.) Ce qui est super aussi, c'est le week-end de trois jours que j'ai pu passer en compagnie de mes meilleures amies ainsi que certains de leurs amis et que l'on a joué à Catane, Killer Bunnies, Munschkin et au Donjon de Naheulbeuk !

 

Mes objectifs pour cette année ont pleinement été atteints puisqu'il s'agissait de rejouer à mes chouchous, de refaire des parties de jeux complexes (check avec Dongeon Petz, Caylus) et de tester le jeu Z World avec la réalité augmentée ! (Alors c'est sympa et fun malheureusement le jeu Z World souffre de trop nombreux gros défauts. Dommage, car le concept est génial !)

 

Pour 2016, ma foi, je n'ai pas d'objectif particulier si ce n'est de poursuivre dans cette voie et de continuer de m'amuser ainsi ! Enfin quoique... on a une idée avec monsieur Ours mais je n'en parle pas tant que ce n'est pas concret. Si c'est concret un jour.

 

> MUSIQUE :

 

. Concert d'Hubert Félix Thiéfaine au Palais des Sports de Paris le 17 octobre.

 

Pourquoi n'ais-je jamais pensé à vous parler de mes concerts ? Certes, j'en fais maintenant très peu (deux fois Indochine en 2013 et rien d'autre depuis l'existence de ce blog à part un Rock en Seine et un Musik'Elles), mais tout de même. En tout cas, monsieur Thiéfaine cette année, le poète rockeur clown tragique aux multiples références, nous a servi un beau concert, très bon musicalement mais un peu froid... il faut dire que je me suis retrouvée au milieu du public le plus naze que j'ai jamais rencontré, alors ça n'aide pas. Peut-être d'autres concerts en 2016 ?!

 

Ouf, me voilà enfin au bout de cette revue ! Merci de m'avoir lue !

 

Et vous mes rares lecteurs, quelle a été votre année ludo-culturelle ?

 

Avez-vous suivi la série des vidéos de Solange : " Bouffer la culture " ?

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 14:36

> LECTURES 2015 :

 

Plongées dans l'univers d'un auteur en particulier :

 

ROBIN HOBB / MEGAN LINDHOLM :

 

. Alien Earth

Roman de SF atypique, Megan Lindholm nous raconte à sa façon si surprenante les péripéties d'un capitaine de vaisseau, de sa seconde et de deux autres mystérieux personnages. Le scénario part d'un postulat simple et très attendu de la Terre devenue inhospitalière et des derniers survivants de l'Humanité. Là où ça change, c'est que ces ultimes Humains sous sous la coupe d'une race extra-terrestre insectoide qui parasite d'immenses créatures capables de vivre dans l'espace. De là découle une histoire qui m'a tenu en haleine tout du long, servie par la plume toujours aussi fluide et agréable de l'auteure et bien entendu de profonde réflexion sur la Nature et la place de l'Homme dans celle-ci. Un point de vue surprenant et très enrichissant ! Bref, AE est un gros coup de coeur ! 540 pages de bonheur et d'intelligence !

 

. Relecture des 4000 pages de La Citadelle des Ombres, aka L'Assassin Royal.... en 3 mois !

Ma thérapie personnelle. <3 J'en avais déjà parlé, cette saga est ma préférée de loin depuis mes 14 ans et le demeurera à jamais.

 

. On enchaine sur la suite, le début de la troisième saga avec Le Fou et l'assassin !

 

. Relecture du Dieu dans l'Ombre

J'ai sélectionné des citations que je vous partagerai bientôt, ça sera plus parlant. 

 

. Liavek

Liavek est un univers de fantasy conceptuel : ses créateurs en ont dessinés les contours mais ont demandé à d'autres écrivains de le peupler et le faire vivre en inventant leurs histoires. Megan Lindholm, Steven Brust et Gregory Frost ont chacun écrit quelques nouvelles qui se rejoignent, pour en écrire la conclusion ensemble. Alors je trouve que c'est une merveilleuse idée, je trouve le concept génial. Après, dans les faits, à la lecture du livre, il a forcément des hauts et des bas. Bien sûr j'ai préféré la plume et la profondeur de ML à ces messieurs, bien plus "classiques". J'ai d'ailleurs détesté la première partie... Mais globalement, j'ai bien aimé et en plus la couverture est pour une fois très belle !

 

Elle reste ma number one !

 

URSULA K LE GUIN :

 

. Loin, très loin de tout

Un très court roman, 100 pages, mais 100 pages si magnifiques ! Ce petit livre est une perle de la littérature, si bien écrit et si touchant... A lire absolument pour tous les enfants un peu différents ! Un gros coup de coeur aussi... qui me donne le goût d'écrire...

 

. Les Chroniques des Rivages de l'Ouest, tome 1 : Dons

Tout aussi brillamment écrit, je suis complètement sous le charme ! Je suis amoureuse de la douceur féminine et du style de cette auteure. Ses personnages sont aussi très fouillés et l'ambiance fantasy de cette trilogie est comme je les aime. Je lirai vite la suite et je vous en reparle avant un an ! Ce premier tome présente les personnages et les voit grandir dans un style introspectif et parcours initiatique que j'affectionne particulièrement ! Coup de coeur encore !

 

Je poursuis la découverte !   

 

NEIL GAIMAN :

 

. American Gods

Un très bon roman qui ferait un film vraiment génial d'ailleurs ! C'est bien écrit et bien ficelé, j'ai aimé, pas autant que Neverwhere et pas au point de l'établir en coup de coeur mais tout de même assez pour continuer ce marathon Gaiman. 

 

. Des Choses fragiles

Un recueil très sympa avec des thèmes qui me plaisent beaucoup. Les nouvelles sont inégales, il y en a certaines que je n'ai pas trop aimées. Mes favorites sont celles des filles-café et de de l'enfer.

 

. Stardust

Alors là bof. Pas si drôle ou si décalé, quelques passages gâchent le tout et la fin est trop rapide et trop convenue. Je m'attendais vraiment à mieux et suis assez déçue. 

 

. L'étrange vie de Nobody Owens

L'idée de base est géniale ! Burtonnienne ! Mais elle n'est pas suffisamment exploitée et ça manque cruellement d'un petit quelque chose. Cela reste une petite histoire assez plate et très téléphonée, dommage. Le scénario est trop bancal et convenu et la fin est encore une fois trop rapide. Cela dit, c'est une petite histoire simple et distrayante tout de même.

 

Plus de Gaiman pour moi. Sur 6 livres lus, seulement un m'a vraiment remuée et deux que je recommande. Je suis très contente de l'avoir découverte mais je m'arrête là.

 

THE WALKING DEAD ROMANS / WALKING DEAD COMICS :

 

. La Chute du Gouverneur, tome 3 des romans

Le point de vue du Gouverneur. N'apporte pas grand chose mais très sympa quand même. J'ai le 4 et le 5 à grignoter !

 

. Relecture de mes 21 comics

Me reste à ce jour les tomes 22 à 24 à dévorer, je trouve toujours la série aussi magistrale. J'aime la survie, j'aime les persos, j'aime le ton de Kirkman, bref je continue sans hésitation !

 

Découverte d'un auteur :

 

DOUGLAS ADAMS :

. H2G2 l'intégrale

Parfois hilarant et si bien trouvé... parfois ennuyeux et répétitif. Je me suis amusée à lire les 700 premières pages et puis je me suis un peu lassée, je le finirai plus tard. En tout cas c'est grandiose (même si un peu inégal dans l'écriture et toujours le même schéma de rebondissements) et c'est à lire absolument pour l'humour et les réflexions sur l'Humanité. 

 

C'est aussi Adams qui a co-écrit Shada, Doctor Who. Un chic type !

 

ANTHONY RYAN :

. Blood Song

Excellent ! J'ai eu du mal à le lâcher et je vais lire la suite très vite ! J'ai adoré : les sagas de fantasy ont souvent du mal à s'équilibrer entre un univers trop sombre ou trop léger, Anthony Ryan réussit parfaitement le dosage. Le style d'écriture est très bien, l'histoire bien menée et les personnages très attachants, pas du tout manichéens, profonds au contraire. Que du positif ! 

 

MAYLIS DE KÉRANGAL :

. Réparer les vivants

Ah en voilà un livre spécial ! Le récit d'une transplantation cardiaque. L'ouverture nous montre la mort d'un adolescent qui pourra donc faire don de ses organes. (Je vous vends du rêve hein ?) S'en suit l'horreur des parents, le travail du personnel médical, des descriptions cliniques, la vie, la mort, des sentiments forts et une écriture très poétique qu'on aime ou qu'on déteste : et pour cause le style de l'auteure est très particulier ! Syntaxe déconstruite, phrases qui peuvent durer sur des pages, hachées par des virgules par rien, des descriptions flamboyantes des émotions en portraits croisés de tous les personnages. Pas toujours simple à lire, on se laisse emporter ou pas, par exemple j'ai parfois trouvé qu'elle en faisait trop et partait dans des délires dithyrambiques pour pas grand chose, même si d'autres fois cela fonctionne à merveille pour des sujets graves. Les sentiments sont si bien dépeints et les personnages sont criants de réalisme. Bref une lecture vraiment spéciale qui ne laisse pas indifférent et qui me rend curieuse de lire les autres, surtout le dernier. 

 

GUSTAVE FLAUBERT :

. Madame Bovary

Un classique que je me devais de lire pour son écriture. Au final, l'histoire on s'en moque, c'est le travail monumental de Flaubert qui est intéressant dès qu'on connait un petit peu la littérature française. Un livre inutile à lire sans documentation je pense. Je suis ravie d'avoir découvert cela, c'est impressionnant !

 

MARY ANN SCHAFFER & ANNIE BARROWS :

. Le Cercle Littéraire des amateurs d'épluchures de patates

Un roman épistolaire fort sympathique et bien écrit (peut-être même un peu trop : certains persos ne devraient pas s'exprimer aussi bien). Un peu de romance, une histoire un peu convenue et des personnages assez manichéens, mais surtout une belle déclaration d'amour à la lecture et l'écriture. C'est un livre très frais, léger, qui fait parfois rire malgré son thème de fond tragique, à savoir l'après WW2 et l'occupation. Bref, très bien ! (Ce livre m'a sauvé la vie pour conseiller des clients à la Fnac qui voulainet des lectures agréables et faciles  !)

 

EMMANUEL CARRERE :

. D'autres vies que la mienne

COUP DE COEUR ! Mais à fond ! C'est gé-ni-al ! Ce que j'ai adoré aussi, c'est m'attacher peu à peu à l'auteur au fur et à mesure de son parcours dans ce livre qu'il a mis 6 ans à écrire. Je suis fascinée, je suis inspirée et suis ressortie totalement boulversée ! En gros, ça parle de la vie et de l'écriture, et c'est le livre que j'avais besoin de lire en ce moment. Je le relirai et vous ferai aussi partager des citations, vous ne pouvez pas passez à coté de ça !

 

PATRICK MODIANO :

. Dans le café de la jeunesse perdue

J'ai bien aimé mais sans plus, les thèmes abordés ne m'ont pas particulièrement parlé. J'en attendais peut-être trop ? Peut-être n'était-ce pas le bon Modiano pour commencer ? Peut-être étais-je encore trop bouleversée et édifiée par ma lecture de Carrère ?

 

ANNIE ERNAUX :

. Journal du dehors

J'ai beaucoup aimé sa démarche et sa relation à la littérature et l'écriture. Cela m'a donné envie de faire mon propre journal du dehors façon Hyatt... prochainement sur le blog si la vie me donne suffisamment de matière ! Par ailleurs je suis en train de lire Les Années, toujours dans une démarche de fixer le réel et d'en témoigner, j'aime aussi et je me reconnais un peu là-dedans, même si pour l'instant je ne peux que montrer un petit blog amateur et personnel. 

 

Autres :

 

HARUKI MURAKAMI :

. L'Incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage

Les errances de jeunes adultes qui perdent leurs amis sans savoir pourquoi et ne trouvent pas leur place dans cette société absurde. Un récit un peu moins onirique que d'habitude mais toujours écrit avec autant de brio et de poésie. Un livre qui m'a beaucoup parlé et touché, au moment où j'en avais besoin, ou peut-être justement au plus mauvais moment selon le point de vue... en tout cas cette lecture m'a fascinée et beaucoup remuée. Coup de coeur ! 

 

BERNARD WERBER :

. Le Livre du Voyage

Voir l'article dédié.

 

TALON & VERVISCH :

. Le dictionnaire des mots qui n'existent pas mais qu'on utilise quand même...

Hilarant, d'utilité publique et très instructif ! Les auteurs sont tellement drôles et pédagogues, un pur délice à feuilleter sans modération !

 

Livres autour de l'univers de Doctor Who :

. Les Archives

. Les Personnages

Deux très beaux livres pour fan de la série !

 

Coups de coeur 2015 : Alien Earth, Loin très loin de tout et Dons, Blood Song, Réparer les vivantsn D'autres Vies que la mienne, Journal du Dehors, L'incolore TT et ses années de pélerinages. Ainsi que mes comics Walking Dead. Et un petit peu le Livre du Voyage, à sa façon.

 

Nombre de livres lus :

- 21 nouveaux livres (en comptant 3 pour H2G2)

- 3 relectures (en comptant la Citadelle des Ombres et ses 4000 pages pour 1)

- 2 Beaux-Livres

- 1 Dictionnaire

- 21 Comics

 

En conclusion, ça parait impressionnant, cependant j'ai moins lu que l'an passé alors que mon but était de faire encore mieux. Donc non seulement j'ai raté l'objectif que je m'étais fixé, mais en plus je ressens un gros manque... Je n'ai pas suffisamment lu (même si ça s'est arrangée à la fin de l'année) alors je suis comme affamée ou assoiffée, pire je me sens frustrée et même un peu vide sur ce sujet là. Mais il faut savoir que ma seule restriction a été d'ordre budgétaire, ce n'était pas du tout l'envie ou la motivation de lire qui me faisait défaut, bien au contraire ! Cependant, comme je me sens mieux dans ma peau, pour 2016 si je dois toujours faire face à des problèmes financiers, j'irai probablement prendre un abonnement à la bibliothèque de Nanteuil ou la médiathèque de Meaux afin de pouvoir beaucoup lire à très faible coût. En attendant j'ai tout de même une très généreuse Pila A Lire avec mes cadeaux de Noel et mon craquage à la Fnac ! Les bilans lecture seront maintenant plus fréquents sur mon blog, à bientôt donc !

 

> ÉCRITS 2015 :

 

Cette année comme depuis 5 ans, j'ai couché sur la toile certains de mes états d'âmes dans ce blog (cf article précédent) et j'ai beaucoup plus écrit qu'à l'accoutumée sur mon forum rpg. Par ailleurs notre projet avec Sylvain, Virginie et Angélique n'a pas encore abouti mais je n'abandonne pas l'idée.

 

A part cela, la grande nouvelle est que je me suis remise à écrire pour de bon ! J'ai entamé pas mal de choses en même temps et je dois avouer que le bureau de mon mini ordinateur portable d'écriture est un vrai fouillis ! Je confesse aussi ma grande fainéantise ainsi que de gros passages à vide cette année... ce qui fait que tout cela n'a pas beaucoup avancé. Néanmoins plusieurs projets bien définis se dessinent et je vais donc les évoquer.

 

- Un roman de science-fiction découlant d'une idée commune à monsieur ours et moi et dont la trame a été fixée par ses soins. C'est un gros projet à long terme qui mettra plusieurs années à aboutir, surtout au rythme où je vais ! Il y a 3 personnages principaux et le sujet restera secret pour le moment. Autant vous dire que je peine toujours sur le premier chapitre et que tant qu'il ne sera pas terminé je n'en dirai pas davantage.

 

- Au moins 5 ou 6 petites nouvelles 100% Hyattienne débutées, toujours en cours, sur des thèmes variés mais globalement dans un registre fantastique. L'une est en réalité terminée car elle ne fait que 2 pages et mon estimation pour la plus grosse est de 50 pages environ. Je ne vous en dévoile pas les thèmes car je joue énormément sur l'effet de surprise dans toutes ! Et ces textes courts sont aussi une des raisons pour lesquelles mon roman en puissance n'avance pas : je préfère les terminer d'abord car elles me servent d'entrainement.

 

- Monsieur ours m'a donné plein d'idées d'autres nouvelles ou petits romans à écrire et comme je suis absolument fan de son génie en matière d'histoires, que ce soit les thèmes, l'ambiance ou bien les rebondissements et les chutes (et les morales qui en découlent le plus souvent), j'en ai sélectionné 3 dans mon carnet et je couve ces idées dans mes organes dans le but de les produire elles aussi ! (Avec tout ça je suis déjà à la moitié d'un recueil là !)

 

Voilà pour les fictions... Et ça fait déjà beaucoup je trouve ! Sachant qu'en plus de cela j'ai d'autres idées qui me trottent dans la tête mais je vous en parlerai en temps et en heure. Je travaille (désespérément lentement) dessus pour l'une d'elle mais promis, vous en entendrez parler. La seconde n'existe encore que dans ma tête, mais c'est déjà un projet qui me tient beaucoup à cœur.

 

Pour conclure là dessus je dirai que ma tête fourmille de nouveaux projets et que c'est une victoire de m'atteler à d'autres supports que mon blog et mon forum, néanmoins je n'ai tout de même pas été assez productive, surtout en regard à tout le temps libre dont j'ai disposé cette année. Je manque encore de motivation et de rigueur - et l'envie seule ne mène nul part - parce que je sais ce que c'est que de se plonger dans l'écriture durant plusieurs mois ou années et c'est vraiment un abandon de soi, c'est un acte profondément solitaire et éprouvant qui demande beaucoup de discipline pour se forcer à écrire tout le temps. Et faut croire que mon corps est encore doté de réflexes de défense. Mais j'y arriverai. La rechute est déjà enclenchée, aucun moyen de faire marche arrière.

 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 17:05

Quand j'ai lu pour la première fois Le Livre du Voyage, j'avais trouvé le concept original et vraiment sympathique. Un livre qui nous parle ! Et puis à la lecture j'avais été surprise : beaucoup plus court que je ne le pensais, très positif et sage mais je ne m'attendais pas à ça. J'avais apprécié l'expérience, mais sans plus non plus. Et puis je l'ai relu le mois dernier. Et mon voyage a été tout autre. Ce Livre est en fait une base à une philosophie de paix mêlée à une première approche d'exercices de méditation. C'est aussi une déclaration d'amour à l'objet livre. C'est un guide pour devenir son seul maître, un guide spirituel sans être religieux. Cette seconde lecture m'a beaucoup plus touchée que la première car j'y ai trouvé noir sur blanc, une fois de plus en ce moment, les description de ce que pensent et ressentent mon cerveau et mon cœur depuis toujours. Bienveillance. Paix. Humanité. Liberté. Vie sacrée.

 

Cette lecture, combinée à celles de Robin Hobb, de grands hommes tels Nelson Mandela, Martin Luther King, Gandhi Le Dalai-Lama, Jiddu Krishnamurti, Pierre Rabhi, etc... ainsi qu'une bonne dose de méditation en solitaire m'ont aidé à trouver la paix intérieure.

 

Qu'est-ce que j'ai retenu d'autres de ma lecture ?

 

 

Quelques citations sur l'Humanité :

 

" Je crois que vous, les humains, vous êtes tous un peu jaloux les uns des autres, alors vous ne vous incitez pas mutuellement à montrer vos meilleurs cotés. "

 

" Vous, les humains, dès que vous êtes réunis en un lieu exigu, vous finissez toujours par vous taper dessus. Non je ne critique pas, je constate. "

 

" Un jour, vous arriverez à vous entendre. J'en suis persuadé. Il y a quelque chose au fond de vous de... comment dire... gentil.

J'en discutais encore récemment avec un livre de cuisine et il me disait que, sur des petites choses, comme préparer un quatre quarts aux pruneaux, vous étiez capables de beaucoup de coopération. "

 

" Des mains gantées de caoutchouc te mettent à l'envers, pendu la tête en bas. C'est assez désagréable. On te tape fort dans le dos. Ah les brutes ! Moi-même, j'ignorais que vous vous infligiez dès le début de tels désagréments. Je comprends mieux maintenant que certains d'entre vous deviennent agressif par la suite... "

 

 

Et sur le sens de la vie : (42)

 

" Tu es déçu comme la première fois où tu as compris que le monde et toi étiez différenciés. "

 

" Pour te faire comprendre que ce voyage est quelque chose que tous les hommes recherchent depuis la nuit des temps. Et que les mêmes moyens : drogue, religion, technologie de pointe, selon la manière dont on les utilise, peuvent s'avérer bénéfiques ou maléfiques. (...) Je n'ai pas l'exclusivité de mon rôle de guide de l'envol. Ma particularité est de ne rien te demander en retour. Seulement un peu de ton temps et ton attention. "

 

" Quel est le sens de la vie ? "

Il te fixe, adopte un air grave. Il consent à t'accorder un peu d'attention. Il consent à te répondre.

" La vie n'est qu'une illusion " dit-il enfin.

Tu réfléchis à sa réponse. Et tu lui dis :

" Non, désolé, la vie n'est pas une illusion. "

Il fronce les sourcils. Tu lui dis qu'il devrait voyager davantage, ne pas rester enfermé dans sa caverne.

Dehors il y a des gens qui ont prise sur les choses.

Il voit tout à travers le rideau opaque du torrent et c'est pour cela qu'il croit que la vie n'est qu'une illusion.

Tu lui dis que c'est comme s'il observait le monde à travers l'écran de la télévision. "

 

" Ni dieu ni maître ne te sont nécessaires. "

 

" La vie. Elle est la grande force de toutes les dimensions de l'Univers. La vie. tu sens la pulsion de vie en toi. c'est la vie qui a voulu le Big Bang. C'est la vie qui a été la Terre. C'est la vie qui transforme la graine en arbre. C'est la vie qui fait qu'une une étreinte amoureuse donnera un bébé. Apprécie d'être vivant. Je te l'avais dis que c'était simple. "

 

" L'espèce humaine qui essaie de faire mieux que ses ancêtres. Un instant, tu visualises ton espèce comme une horde immense. Une horde à la recherche de la lumière. Peut-être par nostalgie du Big Bang dont subsistent d'infimes traces en elle. une horde qui veut quitter son animalité pour atteindre quelque chose d'inconnu et e plus spirituel. "

 

" Ton corps est comparable à une nation remplie de pouvoirs qui ne se gênant pas les uns les autres. Il n'y a pas de rivalité entre ta main gauche et ta main droite. Tu es toi même un exemple de politique d'entente et de solidarité entre des cellules différentes et pourtant complémentaires. "

 

 

J'ai aussi particulièrement aimé le chapitre sur la lutte contre le système.

 

Un chapitre qui évoque le spécisme ainsi que nos sociétés occidentales et ses bonnes moeurs. Le Livre nous explique que frapper le Système revient à se prendre en retour une avalanche de feuilles (" carnet de notes, PV, formulaires de sécurité sociale, quittance de loyer, eau, chauffage, redevance " etc...) et qu'il est "trop grand, trop lourd, trop ancien, trop complexe ". Que les citoyens y sont tous asservis et qu'à toi aussi, on va te passer le collier de fer autour du cou. Et que si tu tentes d'y échapper par la violence, tu ne fais que resserer le collier : le Système s'est défendu contre ton attaque et les autres t'en veulent. 

 

Le chapitre s'achève ainsi :

" Plutôt que de vouloir ques les autes soient parfaits, évolue toi-même. Cherche, explore, invente. Les inventeurs, voilà les vrais rebelles ! Ton cerveau est le seul territoire a conquérir. Pose ton épée. Renonce à tout esprit de violence, de vengeance ou d'envie. Au lieu de détruire ce colosse ambulant sur lequel tout le monde s'est déjà cassé les dents, ramasse un peu de terre et bâtis ton propre édifice dans un coin. Invente. Crée. Propose autre chose. (...) Ne t'attaque pas au système, démode le ! (...) "

 

 

Et été très touchée par sa vision des chiffres.

 

Citation très résumée :

 

" Les courbes représentent l'amour, les traits horizontaux l'attachement, les croisements les choix.

1 : c'est le stade minéral.

1 ne ressent rien, il est là. Pas d'amour, pas d'attachement, pas de choix. Au stade minéral on est sans pensée.

2 : c'est le stade végétal.

2 est rattaché au sol, 2 aime le ciel.

3 : c'est le stade animal.

On dirait deux bouches ouvertes superposées. C'est la bouche qui embrasse disposée sur la bouche qui mord.

3 ne vit que dans la dualité : j'aime / j'aime pas. Il est submergé par les émotions.

Il n'y a pas de traits horizontaux. L'animal est perpétuellement mobile. Il vit dans la peur et dans le désir.

4 signifie le carrefour.

Avec le symbole de la croix. Si on s'y prend bien, le carrefour permettra de quitter le stade animal pour passer au stade suivant. Sortir du j'aime - j'aime pas et du j'ai peur - je désire.

Atteindre le 5.

5 c'est l'homme spirituel. L'homme évolué.

Il a un trait horizontal en haut qui le rattache au ciel.

Il a une courbe dirigée vers le bas. Il aime ce qu'il y a en dessous : le Terre. "

 

 

Ce petit livre de 160 pages qui se lit en une heure ou deux est pourtant très vaste, dense et chacun y trouvera son compte et son interprétation. Je suis très curieuse de savoir quelle est la vôtre ! Alors faites le voyage car il vaut largement le coup et ici je ne vous dévoile qu'une partie d'un des aspects du voyage, puisque nous sommes tous plus sensibles à certaines choses que d'autres... et que je ne peux pas recopier le livre en entier !

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 14:16

S'y retrouver parmi les œuvres de Robin Hobb n'est pas une chose aisée à cause des éditions françaises qui ont effectuées de multiples découpes sans jamais respecter l'ordre des trilogies, ainsi que plusieurs rééditions sous des noms différents et dans le mauvais ordre.

 

 .  Petit guide :

 

LE ROYAUME DES ANCIENS

 

Il s'agit de son univers principal, celui dont elle raconte les aventures sous le pseudonyme masculin de Robin Hobb. Afin de profiter pleinement de cette grande saga, je vais vous expliquer comment tout lire dans le bon ordre.

 

> Trilogie The Farseer Trilogy (=La Trilogie des Loinvoyant)

- Traduite en L'Assassin Royal et d'abord sortie en 6 volumes au lieu de 3

- Rééditée sous le nom La Citadelle des Ombres volumes 1 et 2 (wtf)

Il s'agit du premier volet des aventures de Fitz et des Six-Duchés.

 

> Trilogie The Liveship Traders Trilogy 

- Traduite en Les Aventuriers de la Mer et sortie en 9 volumes au lieu de 3 (oui NEUF !!)

- Rééditée sous le nom L'Arche des Ombres en 3 volumes (BRAVO \o/)

Nouveaux personnages à Terrilville dans une région située au sud des Six-Duchés. Au premier abord vous vous demanderez quel peut bien être le rapport avec des pirates et des marins marchands ! 

 

> Trilogie The Tawny Man (=L'Homme Fauve / Doré)

- Traduite en L'Assassin Royal et sortie en 7 volumes au lieu de 3 *soupir*

- Rééditée sous le nom La Citadelle des Ombres volumes 3 et 4

Il s'agit du deuxième volet des aventures de Fitz et du Fou. Ce n'est pas un drame si vous zappez les AdlM pour lire d'abord ceux là, mais vous vous gâchez tout de même de drôles de petites surprises... sans compter certains passages vers la fin que vous aurez un peu de mal à comprendre si vous n'avez pas lu ces histoires de pirates au préalable ! Je vous conseille vraiment de faire une pause dans l'AR pour lire les AdlM entre. 

 

> Tétralogie (4 tomes) The Rain Wild Chronicles 

- Traduite en Les Cités des Anciens et sortie en 8 volumes au lieu de 4 donc

Géographiquement, on retourne vers les régions des AdlM et... ce sont des histoires de dragons !

 

> Trilogie The Fitz and the Fool Trilogy : en cours d'écriture et de traduction !

Troisième cycle où l'on retrouve notre cher Fitz, pour le moment le premier tome a été publié en deux volumes en France sous les noms Le Fou et l'Assassin et La Fille de l'Assassin. Je gage qu'on aura sans doute au moins 6 livres et non 3 comme en version originale. Attention à ne pas lire la quatrième de couverture du dernier car il contient des spoilers !

 

> Les prequels !

Le Prince bâtard. Prequel AR ou Citadelle des Ombres

Retour au Pays. Prequel AdlM CdA

Comme leur statut l'indique, l'action se déroule bien avant la première trilogie, mais c'est plutôt fait pour les lire après ! 

 

Petite remarque : pour le moment, sans compter les deux petits prequels, on passe de 14 livres en VO à 32 en français au maximum... Je ne félicite pas Pygmalion et les reste des maisons d'éditions françaises...

 

SES AUTRES OEUVRES en tant que Robin Hobb 

 

- The Soldier Son Trilogy, parue en  8 volumes (de mieux en mieux !) sous le nom Le Soldat Chamane

- L'Héritage et autres nouvelles : recueil publiée sous ses deux noms en même temps. A noter que deux nouvelles prenant place dans le royaume des anciens y figurent.

 

SES AUTRES OEUVRES en tant que Megan Lindholm

 

Son véritable prénom est Margaret et Lindholm est bel et bien son nom de jeune fille. En vérité c'est sous ce nom là qu'elle a commencé à écrire. Elle explique tout cela dans son recueil de nouvelles ou dans diverses interviews. Tous ces livres restent de la fantasy ou du fantastique à part Alien Earth qui est son premier roman de SF. 

 

- Ki et Vandien, 4 volumes

- Le Peuple des rennes suivi par Le frère du loup

- Le Dieu dans l'ombre (excellent)

- Alien Earth (lui aussi !)

- Le Dernier Magicien

- La Nuit du prédateur, co-écrit avec Steven Brust

- Liavek, co-écrit avec Steven Brust et Gregory Frost (un super concept de la part des créateurs du monde Liavek qui demandaient à d'autres auteurs de participer en écrivant des nouvelles se déroulant dans leur monde !) 

 

   . Pourquoi j'aime autant cette écrivain ?

 

Pour son style d'écriture, magnifique, qui sonne comme de la poésie à l'oreille lorsqu'on le lit à voix haute, si richement construit tout en restant abordable par tous, qui nous fait découvrir de nouveaux mots et qui coule de manière si fluide, si naturelle, qui fait qu'on entre immédiatement dans l'histoire.

 

Pour ses personnages toujours affreusement attachants malgré leurs défauts (peut-être grâce à celà), très travaillés et profonds, pas manichéens le moins du monde et pour la profondeur psychologique des récits. Les histoires de Hobb, ça n'est pas seulement de l'action et des descriptions, ce sont des rencontres avec des personalités charismatiques que l'on voit vivre et évoluer et penser et ressentir et souffrir et aimer... 

 

Pour ses histoires originales et prenantes qui tiennent en haleine et qui t'empêchent de reposer le livre avant de l'avoir fini.

 

Pour son univers - si vaste et si cohérent- de badass avec des dragons, des pierres bizarres, des serpents de mer et des magies totalement innovantes par rapport au reste des publications de fantasy. Petit à petit elle se créé une véritable mythologie et est depuis un moment définitivement érigée en tant que pilier du genre, ellese dresse sur le même piédestal que J R R Tolkien et G R R Martin. Tout le monde s'inspire plus ou moins largement (et honnêtement) de ces trois là.

 

Pour son regard sur la Nature, l'Humain et le Monde. Et l'intense amour qu'elle porte à tout cela. (Mais ça je vous laisse le découvrir.)

 

Pour sa façon de raconter et mener une histoire tragique, avec sa touche de douceur féminine et sa sensibilité hors du commun. Pour ses ambiances si justes, à la fois réalistes et féériques, qui questionnent nos sociétés et en même temps nous fait voyager si loin pour nous émerveiller ; ses ambiances si bien dosées entre évasion épique et sombre maturité.

 

Pour m'avoir fait découvrir la fantasy à mes 14 ans, avec Tolkien et m'avoir donné le goût d'écrire. 

 

Parce que je la comprends, que la lire me fait du bien, que je me retrouve dans ses livres, qu'elle est mon modèle d'écriture et que j'aurai pu (ou aimé disons) écrire tout ce qu'elle a écrit.

 

Pour m'aider à aller mieux quand ça va mal.

 

Pour le loup : " Petit frère, ne me traite pas comme si j'étais mort ou agonisant. Si c'est ainsi que tu me vois, je préfère être mort pour de bon. Tu voles le maintenant de ma vie quand tu crains que je disparaisse demain. Ta peur a des griffes glacées qui m'enserrent et me dépouillent du plaisir que je tire de la chaleur du jour. " Et absolument toutes ses répliques...

 

Partager cet article
Repost0
22 août 2015 6 22 /08 /août /2015 14:20

"   Dans un monde dans lequel le nombre d'heures de travail serait court, où chacun aurait suffisamment de nourriture, vivrait dans une maison munie d'une salle de bain et d'un réfrigérateur, posséderait une automobile ou même un aéroplane, la plus évidente, et peut-être la plus importante forme d'inégalité aurait déjà disparu. Devenue générale, la richesse ne conférerait plus aucune distinction.

  Il était possible, sans aucun doute, d'imaginer une société dans laquelle la richesse dans le sens de possessions personnelles et de luxe serait également distribuée, tandis que le savoir resterait entre les mains d'une petite caste privilégiée. Mais, dans la pratique, une telle société ne pourrait demeurer stable.

  Si tous, en effet, jouissaient de la même façon de loisirs et de sécurité, la grande masse d'êtres humains qui est normalement abrutie par la pauvreté pourrait s'instruire et apprendre à réfléchir par elle-même, elle s'apercevrait alors tôt ou tard que la minorité privilégiée n'a aucune raison d'être, et la balaierait. En résumé, une société hiérarchisée n'était possible que sur la base de la pauvreté et l'ignorance. "

 

"   Le monde a été divisé en trois classes.

  Les buts de ces trois groupes sont inconciliables. Le but du groupe supérieur est de rester en place. Celui du groupe moyen, de changer de place avec le groupe supérieur. Le but du groupe inférieur, quand il y en a un - car c'est une caractéristique permanente des inférieurs qu'ils sont trop écrasés de travail pour être conscients, d'une façon autre qu'intermittente, d'autre chose que de leur vie de chaque jour - est d'abolir toute distinction et de créer une société dans laquelle tous les hommes seraient égaux.

  Des trois groupes, seul le groupe inférieur ne réussit jamais, même temporairement, à atteindre son but. Ce serait une exagération que de dire qu'à travers l'Histoire il n'y a eu aucun progrès matériel. Même aujourd'hui, dans une période de déclin, l'être humain moyen jouit de conditions de vie meilleures que celles d'il y a quelques siècles. mais aucune augmentation de richesse, aucun adoucissement des mœurs, aucune réforme ou révolution n'a jamais rapproché d'une millimètre l'égalité humaine. Du point de vue de la classe inférieure, aucun changement historique n'a jamais signifié beaucoup plus qu'un changement du nom des maîtres. "

 

Georges Orwell, 1984

 

 

"   Tout là-bas, au fin fond des tréfonds inexplorés et mal famés du bout du bras occidental de la Galaxie, traîne un petit soleil jaunâtre et minable.

  En orbite autour de celui-ci, à la distance approximative de cent cinquante millions de kilomètres, se trouve une petite planète bleu-vert totalement négligeable dont les habitants - descendus du singe - sont primitifs au point de croire encore que les montre à quartz numériques sont une sacrée chouette idée.

  Cette planète a - ou plutôt avait - un problème : la plupart de ses habitants étaient malheureux la plupart du temps. Bien des solutions avaient été suggérées mais la plupart d'entre elles faisaient largement intervenir la mise en circulation de petits bouts de papiers verts, chose curieuse puisque en définitive ce n'étaient pas les petits bouts de papier vert qui étaient malheureux.

 Et donc le problème subsistait ; des tas de gens se sentaient minables et la plupart étaient effectivement misérables - y compris les possesseurs de montres à quartz numériques.

  Un nombre croissant d'entre eux partageaient cette opinion selon laquelle leur plus grosse erreur aurait été dès le début de descendre des arbres. D'aucuns même affirmaient qu'avec les arbres, déjà... et qu'on aurait mieux fait de ne jamais quitter les océans.

  Et puis, par un beau jeudi, près de deux mille ans après qu'on eut cloué un homme sur un arbre pour avoir dit combien ça pourrait être chouette de se montrer sympa avec les gens, pour changer... [...] "

 

"   Le président, en particulier, n'est qu'un homme de paille : il ne détient aucun pouvoir réel d'aucune sorte. Il est apparemment choisi par un gouvernement mais on lui demande moins de faire montre de qualités de dirigeant qu'au contraire de susciter une subtile indignation. Pour cette raison, le choix du président est toujours sujet à controverses, et l'homme un personnage aussi fascinant qu'irritant, sa tâche étant moins d'exercer le pouvoir que de détourner l'attention de celui-ci. "

 

Douglas Adams, H2G2

 

 

"   On se moque des gens qui rêvent, on les gronde, on les fustige, on leur remet le nez dans la réalité, on leur dit que la vie est moche, qu'elle est triste, qu'il n'y a pas d'avenir, pas de place pour l'espérance. Et on leur tape sur la tête pour être sûr qu'ils retiennent la leçon. On leur invente des besoins dont ils n'ont pas besoin et on leur prend tous leurs sous. On les maintient prisonniers. On les enferme à double tour. On leur interdit de rêver. De s'agrandir, de se redresser... Et pourtant... Et pourtant... Si on n'a pas de rêves, on n'est rien que des pauvres humains avec des bras sans force, des jambes qui courent sans but, une bouche qui avale de l'air, des yeux vides. Le rêve, c'est ce qui nous rapproche de Dieu, des étoiles, ce qui nous rend plus grand, plus beau, unique au monde... C'est si petit, un homme sans rêves... Si petit, si inutile... Un homme qui n'a que le quotidien, que la réalité du quotidien, cela fait peine à voir. C'est comme un arbre sans feuilles. Il faut mettre des feuilles sur les arbres. Leur coller plein de feuilles pour que ça fasse un grand et bel arbre. Et tant pis s'il y a des feuilles qui tombent, on en remet d'autres. Encore et encore, sans se décourager... C'est dans le rêve que respirent les âmes. Dans le rêve que se glisse la grandeur de l'homme. Aujourd'hui, on ne respire plus, on suffoque. Le rêve, on l'a supprimé, comme on a supprimé l'âme et le Ciel... "

 

Katherine Pancol, A la beauté des rêves.

 

 

" La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s'évader. Un système d'esclavage où, grâce la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l'amour de leur servitude ... "

 

Aldous Huxley, Le Meilleur Des Mondes

 

 

"   Elle avait toujours pensé que l'essence de l'expérience humaine ne résidait pas pas avant tout dans les moments exceptionnels, les jours de mariage ou de triomphe qu'on cerclait de rouge sur les calendrier de l'ancien temps, mais plutôt dans le flot inaperçu des petites choses courantes [...]C'était la somme de tous ces instants qui créait une synergie éminemment importante et éternelle. "

 

Dan Simmons, Hyperion

Partager cet article
Repost0
23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 15:43

On m'a de temps à autres fait la remarque que j'étais un peu fêlée parce que j'écoute du rock et du métal, ou bien parce que je m'intéresse beaucoup la SF ou l'heroic fantasy, ou encore parce que je m'habille en noir et que j'ai développé un sens de l'humour assez absurde. Mais tout cela, ce ne sont pas des vraies différences, justes des goûts parmi d'autres. Rien que de très banal. C'est juste dommage pour ceux qui sont aussi obtus et fermés.

 

Par contre, je reconnais n'avoir rencontré que de positives réactions de gens agréablement étonnés lorsque j'évoque le fait que je préfère le bio, que je n'aille jamais chez le coiffeur parce que je sais me faire des coupes toute seule, que je fabrique mes propres cosmétiques et produits d'entretien (ou bien que je les achète à des marques éthiques, aussi), que je ne veuille pas manger de viande... ou tout autre considération DIY et bienveillante.

 

Les véritables différences ou étrangetés sont ailleurs. J'aime bien être un peu étrange ou différente aux yeux d'autrui, même si je n'ai pas cultivé sciemment ce décalage. Depuis toute petite j'ai l'impression de ne pas fonctionner et penser comme les autres, et ils l'ont toujours bien senti. Je dois avoir une odeur pas comme ils l'attendent. J'ai la folie de croire que je saurai toujours rester moi-même car cette folie, c'est moi. J'ai bien essayé à un moment donné d'être normale, j'ai été malheureuse comme tout et ça ne m'a rien apporté... alors je demeurerai à jamais une douce folie, sans doute...

 

Je ne fais rien comme tout le monde, d'ailleurs j'ai même tendance à tout faire à l'envers. Habituellement les gens étudient d'abord pour exercer un certain travail ensuite. Moi, j'ai tantôt travaillé, parfois étudié ; et jamais sans établir de liens entre les deux. J'ai suivi par à coup des études littéraires et j'ai exercé dans le commerce (autant livres, plantes ou cosmétiques...) ou dans la santé. Mon truc, c'est d'écrire et de prendre mon temps. Je doute de vivre un jour du premier, le second est contraire à notre société.

 

Je suis hypersensible et passionnée, ce qui fait le moindre mot de travers peut me blesser, que la faiblesse humaine me rend malade de dégoût. Mon empathie me cause souvent de gros problèmes : quand je regarde quelqu'un pleurer, non seulement je ressens ses émotions mais en plus je sais pourquoi il pleure. Alors je ne peux que pleurer avec lui. Le plus souvent j'essaie de lâcher prise et de permettre à ce flot d'émotions de se servir de mon corps comme réceptacle momentané avant de s'écouler... mais des fois je n'en peux plus, je suis submergée. C'en est trop et je dois tout stopper, rester seule avec moi-même.

 

Pour que je m'épanouisse, mon existence doit rester remplie de poésie, de féerie, de douceur et de folie. Je me nourris d'évasion et de nobles causes, de culture et d'amour. J'ai besoin d'un univers libre et je suis parfaitement incapable de me diriger dans des voies qui ne correspondent pas à mon éthique. Je déclare depuis toujours que l'ombre recule devant la lumière et que le monde ne pourra commencer à changer que lorsque nous changerons nous même. Chacun devrait faire sa part. Philanthrope et misanthrope, j'aspire à sauver la Planète tout en me tenant éloignée le plus possible de mes congénères.

 

Mon frère demeure un inadapté torturé aux valeurs nobles ; ma plus vieille complice, une sorcière chaman ex-apprentie-prêtresse ; mes autres amies sont aussi monomaniaques et déjantées que mon humble personne.

Bref, je suis bien entourée.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 16:26

J'ai toujours écrit ou raconté des histoires, aussi loin que remonte ma mémoire, depuis aussi longtemps que mon esprit s'est forgé. A moins que les bébés et tout petits enfants possèdent leur imagination ? Je n'en sais rien car je ne m'y connais guère en nourrissons, et puis voilà que je digresse déjà. Breeef. Les histoires, les mots, l'écriture, tout cela fermente dans mon imagination, et si j'ai laissé se gâter et de déliter mon talent depuis sept années, je suis sur le point de réparer mon erreur. Je suis rouillée, à moi de retrouver mon vocabulaire et mon savoir en orthographe, à moi de renouer avec mon style émoussé et de l'améliorer. Je suis prête à souffrir un peu afin de laisser naître des personnages de moi, car j'avais raison il y a sept ans lorsque j'ai songé " écrire c'est souffrir, ne plus écrire c'est souffrir davantage ". Un lourd - mais néanmoins enivrant - travail m'attend. Etudes de dictionnaires, beaucoup de lecture (je suis en bonne voix depuis l'an dernier) et écriture sans relâche, même si c'est mauvais et que je dois jeter le produit de mes efforts par la suite. Ma conception personnelle de l'écriture est la suivante : plus on pratique, plus on adore cela et plus on y excelle. Mais il faut donner de soi, c'est bien cela qui m'avait détourné de ma voie lorsque à ce moment pivot de mon existence j'ai choisi de repousser les mondes imaginaires à la faveur de l'amour, de l'amitié, des études de Lettres et du début de l'âge adulte. (Vous vous en souvenez peut-être si vous suivez ce présent journal depuis le début.) Je chéris l'année 2008 comme l'une des plus précieuses mais je crois avoir trop dévié de moi-même aujourd'hui. Et depuis trop de temps je tergiverse, je griffonne puis change d'avis, je commence puis abandonne... grâce à mon aimé et son coup de pouce, je suis de retour.

 

Lorsque, enfant, ma grand-mère et ma tante me gardaient, cette dernière me racontait des histoires sur mes peluches. Que faisaient-elles en mon absence ? (Comme je dis toujours, Toy's Story a toujours copié sur ma tatie !) Et puis très rapidement, haute comme trois pommes, c'est moi qui me suis mise à raconter les histoires. Je faisais vivre des aventures incroyables à mes peluches humanisées. Peu à peu j'ai couché sur le papier les péripéties de mes personnages, tant sous forme d'ébauche d'histoires que de bandes-dessinées. Je me revois encore, le front plissé de concentration et le sourire aux lèvres, sagement attablée, en train de tracer au crayon à papier des carrés dans mes cahiers, pour ensuite y dessiner des petites scènes et enfin venir colorier le tout avec un soin affectueux. Je possède toujours ces " BD " et leur trop grand sérieux, les listes improbables qu'elles contiennent, l'obsession de mes persos pour leur âge (j'ai 7 ans, j'ai 7 ans et demi, maintenant j'ai 8 ans...), tout cela me fait sourire aujourd'hui. Ce sont des affabulations sans queue ni tête d'enfant, bien entendu.

 

Loulou ma souris, sa famille et ses amis ne constituaient pas le seul terreau de mes mondes imaginaires. C'était simplement le seul univers dont j'ai gardé une trace palpable. Jamais je ne cessais de me raconter toutes sortes d'histoires diverses et variées, dont je serai incapable de ne retenir aujourd'hui qu'une sensation diffuse qui échappe au filets de ma mémoire lorsque je tente de me concentrer dessus. Néanmoins quelques impressions, paysages, détails demeurent depuis toujours gravés en moi sans que je sache pourquoi. Je vous les confierai peut-être un jour, mais pas aujourd'hui.

 

En grandissant je me suis un peu détournée de mes peluches mais mon caractère méticuleux m'a fait écrire des dizaines de fan-fictions différentes à propos de la série Buffy contre les vampires, parfois contenant des vampires uniquement. Histoires de fantômes, de sorcières (voir même sortilèges de sorcière !)... tout ce qui pouvait enflammer mon cœur. A l'âge de 14 ans j'ai découvert le britannique Tolkien avec Le Seigneur des anneaux (bien que j'avais déjà visionné, petite, le mauvais dessin animé de Bakshi) ainsi que l'américaine, enfant de l'Alaska, Robin Hobb avec la saga L'Assassin Royal... Ce fut un coup de foudre total et complet que jamais rien n'égalera. Et je suis tombée dans le fleuve épique, féerique et sauvage de la fantasy, jusqu'à m'y noyer quelques années plus tard.

 

Avec passion, je me suis attelée à la rédaction d'une histoire, dessins et coloriage des cartes de son monde y compris, que j'achevais la même année ou peut-être à mes 15 ans, ma mémoire flanche un peu sur ce point. Un pimpant cahier orange de 180 pages, feuilles blanches à grands carreaux, reliées par des anneaux sur le dos. Tout entier remplit de lignes noires et de passions d'adolescente. Il y était question de dragons protecteurs du monde, de cristaux magiques et maléfiques, de héros tourmentés et de nobles et dangereuses quêtes. Une histoire très mauvaise, bien entendu... mais au moins achevée, et je retirai une grande fierté de ce fait avéré.

 

A mon entrée au lycée, j'eus une période poèmes. Rien de bucolique ou romantique je vous rassure, il s'agissait plutôt d'un mauvais style sombre et provocateur, un Renaud gothique et gore mais en mauvais ou un Gainsbourg de 15 - 16 ans, en somme. (En les relisant aujourd'hui j'ai l'impression d'avoir été une adolescente un peu dérangée...) En parallèle je consacrai un peu moins de temps à tous mes vampires, fantômes et sorcières car mon univers de fantasy prenait le dessus, pour bientôt m'accaparer. Je dut cesser mes journaux intimes à peu près à cette époque là aussi. Je piochais certains éléments et certains personnages de mon histoire de cristal afin de servir mon nouveau projet. Je créais tout un monde, avec sa géographie, ses coutumes, ses habitudes alimentaires, ses gouvernements, ses créatures fantastiques, ses magies... Plusieurs personnages devinrent des extensions de moi-même. Rapidement, ce monde prit en proportions telles que je me penchais davantage à en délimiter et agrandir les contours plutôt que de rédiger des histoires en elles-mêmes.

 

C'est là que ma sœur, ma meilleure amie, ma confidente, intervint. Elle aussi démiurge d'un monde médiéval fantastique, nous décidâmes de mêler nos deux créations. Honnêtement je ne me rappelle plus exactement à quel moment nous avions commencé cela. 16 ; 17 ou 18 ans ? Ensemble, nous étions capable de passer la journée à écrire, et souvent nous écrivions, en plus, séparées, chacune de notre coté, des "annexes" à rajouter à notre saga dès nos retrouvailles le lendemain. Il en a résulté des dizaines, des vingtaines de classeurs grands formats à deux anneaux bourrés à craquer, sans compter tous les cahiers supplémentaires, ni l'avancée de nos mondes séparés. Il résulte de cette quantité effarante de papiers noircis quelques bonnes idées et quelques bons passages d'actions ou d'écriture. Et également un désintérêt de deux jeunes femmes pour la vie réelle... Nous avions manqué beaucoup de journées d'école à cause de notre passion dévorante, et si cela ne nous empêcha pas d'obtenir notre Bac du premier coup ni de chercher à exercer une activité après cela, j'atteste pour ma part avoir beaucoup souffert à cause de ma trop grande immersion dans ce monde, à cause de la confusion qui s'était établie entre mes persos et moi. je ne parvenais plus à les délimiter de moi, je ne savais plus qui j'étais et je croyais être eux tous à la fois.

 

Et puis, nous avons grandit, nous nous sommes un peu brouillées je crois, et je pris conscience un beau jour devant ma feuille de papier que je ne pouvais plus. Je ne pouvais plus continuer à donner autant de moi-même dans cette entreprise onirique. A 21 ans (à moins que ça soit 22 ?), je quittais mon monde pour le vôtre, celui qu'on semble appeler réalité. Et puis vous connaissez la suite, amour, amitié, études... Je n'ai plus rien écrit depuis à part quelques brouillons, plusieurs débuts de nouvelles, mes deux blogs et des RP sur des forums. Dorénavant je pense avoir la maturité pour écrire une véritable bonne histoire, la question est de savoir si ma passion et ma vive imagination ont résisté aux coups et déceptions inhérents à l'âge adulte. Nous le verrons bien, mais je suis prête à travailler et j'ai en ce moment le temps nécessaire pour commencer sérieusement cette nouvelle entreprise. Tout ce que j'accepte de vous révéler c'est qu'il ne s'agira pas de fantasy, mais pas non plus de quelque chose de " réaliste " ! A part cela je pense qu'il y a une ou deux, maximum trois nouvelles que je vais tâcher d'achever en plus.

 

Le mot de la fin : voilà j'écris et j'ai encore oublié de prendre mon repas, en plus de la faim, j'ai froid. Quand je me plonge longuement dans l'écriture, j'oublie tout ce qui se déroule autour de moi, j'oublie de manger et je finis par avoir très froid. Je me souviens d'un doux soir d'été où ma mère m'a trouvée en tapoter fébrilement à mon clavier, les mains dans mes mitaines et le corps emmitouflé dans mon manteau ! " Complètement ravagée ma pov' fille ! " Hahaha, j'en ris encore ! Ordinairement l'inspiration me vient surtout la nuit, mais je réussis à écrire de jour aussi. Je suis assez pointilleuse sur les stylos et les feuilles, même si à présent je n'écris quasiment plus qu'à l'ordinteur car je tape au clavier bien plus rapidement que je trace des signes sur le papier, et ainsi j'arrive à peu près à suivre le rythme de mes pensées ! Bon, je vais aller manger un peu avant de m'y remettre, mais pas à mon blog... ;)

 

PS : Je ne cesse de vous entretenir de ma relation avec l'écriture... je vous en parlais déjà dans tous ces articles :

> Réflexion  (un des premiers articles de ce blog... d'ailleurs j'ai fait du chemin depuis le Préambule...)

> Comment j'écris ?

> Je crois que je vais me remettre à écrire... (j'ai mis le temps !)

> Ca m'appelle

> Pourquoi écrire ?

Partager cet article
Repost0
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 16:37

En moyenne, dans notre société occidentale, un humain dévore 17 animaux par mois. Cela représente beaucoup de morts pour un seul humain qui serait sans doute incapable de faire naître, élever, nourrir, entretenir et abattre ces créatures tous les mois. Si cet humain choisissait d'épargner ces 17 animaux durant un mois, il éviterait ainsi le rejet de 60 kg de CO2 dans l'atmosphère et économiserait 162 000 litres d'eau et un nombre tout aussi effarant de récoltes. Cette eau et cette nourriture qui auraient pu être destinées à tous les pauvres petits enfants qui meurent ! Bref, c'est schématique. Vous avez peut-être songé à tout cela, ou peut-être que vous aimeriez faire des efforts mais que vous n'êtes pas prêts à abandonner votre régime alimentaire. Soit ! Élisez un (ou plusieurs !) jour(s) de la semaine qui seraient vous jours VG ! Si vous n'en n'avez rien à carrer de nos voisins les animaux et que manger leurs cadavres ne vous dérange pas, peut-être ressentez vous davantage de compassion à l'égard de vos congénères humains (autant les n'enfants que les adultes qui travaillent dans des conditions dégradantes), ou bien de l'environnement ? Un jour solidaire quoi.

 

C'est là que connaitre une ourse obsédée par la nourriture peut vous aider. Voici en vrac des idées simples et faciles de repas végé', éthiques, solidaires, appelez ça comme vous voudrez.

 

Avec du fromage :

> Le mélange courgettes - tomates - ricotta - mozzarella est juste succulent et peut se faire en gratin, directement comme ça dans un plat, ou bien dans une pâte feuilletée ou des feuilles de brick.

> Des carottes grossièrement écrasées, avec des olives, du miel et un fromage frais type St Moret (par exemple), le tout dans une pâte feuilletée, et hop !

> Un remix de croque-monsieur, à faire au four ou dans un toaster : de la ratatouille et du fromage de chèvre dans du plain complet.

> De la gousse de brebis peut transformer un simple plat de pâtes à la tomate. (Possible de rajouter des ptites feuilles de roquette et des olives.)

> Une pizza 4 saisons faite maison, avec autant de légumes que vous voulez, poivrons, artichauts, brocolis, tomates, olives...

> Dans la même veine, un burger maison ! Vous le garnissez comme vous voulez (laitue, tomates, cornichons, oignons, radis...) avec la sauce que vous voulez (béarnaise ça change tout !) mais au lieu de mettre un steak de viande, vous mettez un steak de céréales ou alors vous cuisinez vous même de vos petites mains un steak végétal avec du quinoa, des haricots rouges, un peu de mie de pain, de l'ail...

> Une tarte salée pour l'hiver : pommes de terre écrasées + fromage + noix concassées, le tout mis dans une pâte feuilletée préalablement tartinée de crème. Miam !

> Et à l'automne on n'oublie pas le potimarron, en gratin, en frites, ses graines en chips...

> Pour continuer de revisiter les classiques : la quiche sans lardons mais au tofu !

> Un clafoutis salé aux tomates cerises, au parmesan et à l'origan.

> Des wraps concombre - fromage frais - menthe.

 

Avec des œufs :

> Un sandwich tout simple œufs durs - tomates - salade dans un pain au sésame peut être relevé avec une tonne d'oignons rouges, de la persillade et de la sauce au poivre.

> Des œufs mollets seront excellents à couper dessus une salade de crudités ou de pommes de terre sautées, avec le bon jaune qui coule partout dessus !

> Des œufs sur le plat, sur des tranches de tomates et pourquoi pas avec des pommes de terre sautées. (Possible aussi de faire les œufs brouillés et de mélanger le tout. Possible aussi de rajouter du chèvre pané et chaud dessus.)

 

Plus difficile, sans viande ni fromage :

> Une manière de faire des pommes de terre sautées : rajoutez des oignons, des pois chiches, des aromates et de la sauce aigre-douce (ou alors vous faites vous même une sorte de sauce sucrée-salée).

> Une autre : faire revenir avec les pommes de terre des haricots verts et des asperges vertes.

> Faire tout simplement des pâtes à la courgette avec des pignons de pins éventuellement.

Des pâtes au pesto accompagnée de petites tomates cerises.

Des pâtes tomates séchées, poivrons, coeurs d'artichaut, ail...

> Du riz à la ratatouille, du riz à la sauce satay (une sauce indienne à base de cacahuètes, entre autre) ou du riz avec des graines de sésame, ou encore du riz à la tomate (faisable aussi avec du blé, avec ou sans olives, avec ou sans oignons...), et puis du riz thaïlandais, avec des ananas, des petit pois et une sauce un peu piquante mais sucrée...

> Le couscous sans la viande, c'est cool aussi. Juste la semoule avec les légumes à couscous ou avec un tajine, miam !

> Tarte salée à la tomate et à la moutarde.

> Se faire des fougasses, pain surprise, tartines, bruscheta ou tout ce que voulez avec des tomates et des poivrons, ou du pesto, ou tout ce que votre imagination vous apportera !

> Une pizza sans fromage mais avec de la roquette, des noix, des pommes de terre en tranche... ?

> Une salade originale : pommes, betteraves, noix, mâche, miel, quinoa... Possible variantes avec des figues plutôt que des pommes.

> La pissaladière, la tarte au oignons provençale, très bonne avec une salade de tomates par eemple !

> Avocat, poivron, tomate, pommes de terre ou whatever farcis de quinoa, haricot rouge.

> A noter, toutes les recettes "avec fromage" ci-dessus sont réalisables avec des fromages végétaux... La recette de tarte carotte - fromage, on peut aussi remplacer le fromage par des pommes de terre réduites en purée. Et pour le courgettes - tomates - ricotta- mozza', on peut tout simplement enlever les deux fromages.

> Je n'en n'ai pas parlé, mais bien sur, on peut faire du hachis parmentier soit avec du haché végétal, soit en faisant soit-même un subsitut. Idem pour les lasagnes ou raviolis, qu'on peut toujours faire aux légumes, aux épinards...

 

Si vous-même vous avez d'autres façons de cuisiner sans viande, n'hésitez pas à me faire profiter de votre savoir ! Bien sûr, ceci n'est pas une liste exhaustive mais j'espère que ça vous donnera quelques idées et que vous vous régalerez ! (Et bien entendu, mon ton du début de ce billet est humoristique et je ne force personne. Dites vous vous que j'avais juste envie de déblatérer durant des heures sur mon clavier à propos de bouffe, grosse malade que je suis.)

Partager cet article
Repost0
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 14:51

Qu'il y a t-il dans ce cœur aujourd'hui ? Une petite part de quelque chose qui sonne un peu comme une trahison, sans en être totalement une. C'est plutôt un souffle amer de portes qui se ferment, de petites déceptions accumulées. L'éloignement était prévisible et d'ailleurs je l'avais prévu à part moi depuis le début. Mais ainsi va la vie et je préfère songer à ces bons souvenirs affectueux que je garde comme des trésors. Le cœur est entouré et il le sait pertinemment.

 

Si l'on gratte un peu sous la surface, mais pas au point de se pencher sur toutes les cicatrices encore suintantes et saignantes, eh bien... le petit cœur va bien. Sérénité retrouvée, du moins j'ose l'espérer. Une semaine ne s'est pas encore achevée depuis ma libération et je commence à en prendre pleinement conscience. Ma vie, ce sont mes actions et mon temps, je reprends les rênes. Enfin je m'accorde le temps d'exister à mon rythme. Je range et nettoie l'appartement pour me le réapproprier. Je savoure des moments durant lesquels je sens les secondes peser sur mon être, et je ne fais rien à part caresser un chat ou observer un oiseau faire son nid dans l'arbre en face de mon jardin.

 

Les projets croissent dans mon esprit et je me prépare à confier à l'ordinateur mon moi le plus intime. Mes rendez-vous à l'auto-école sont fixés. Dix journées d'escapade dans mon second chez-moi également. Mon but, faire la paix avec moi-même afin d'en apporter le plus possible à ceux qui en ont également besoin. Commencer à détruire les barrières et travailler à ne plus en ériger d'autres.

 

Je crois... que certains cotés de ce travail me manqueront un peu, ou me démangeront encore quelques temps. Avoir couru à 100 à l'heure pendant 9 mois laisse des traces. Et puis... je repense à d'autres aspects et là, pour sûr je suis heureuse d'avoir filé !

 

La petite furie sauvage et sombre est apprivoisée, je pense être parvenue à ne pas la laisser me dominer, au point de lui ôter toute légitimité d'être. Ce qui m'est arrivé appartient déjà au passé et ce qui m'arrivera au futur, je n'ai aucune raison d'empoisonner mes jours avec des faits qui se sont déjà produits ou qui ne se produiront sans doute jamais. Les animaux appréhendent chaque journée comme si c'était la dernière et la première. Pas de la veille, pas de demain. Juste l'instant présent et ce qu'il convient d'en faire.

 

Essayer d'être heureux. De pardonner les mots durs, tranchants et inconsidérés qu'on a reçus de la part de ceux qui valent le coup. Oublier les autres. A tout ceux qui m'ont fait du mal : je n'ai strictement rien à me reprocher... et vous, que vous dit votre miroir ? A tout ce qui m'a fait du mal : je suis toujours prête à me battre. Je choisis de m’asseoir avec les miens et de profiter de la joie d'être ensemble. De faire de mon mieux malgré l'adversité qui nous frappe. D'accepter avec reconnaissance les améliorations qui nous sont apportées. Lâcher prise. Et contrôler à la fois, car nous sommes nos seuls maîtres et nous seuls avons la force et le droit de décider de nos vies. Personne ni rien d'autre ne doit nous dicter nos conduites.

 

Garder la foi et la tolérance, même contre ces gens plats, dénués de toute fantaisie qui ne comprennent rien à rien et s'ouvrent à la facilité des idées convenues. Même contre les gens dénués de toute forme de bonté ? Plus ardu, mais la haine engendre la haine et l'escalade est leste.

 

Ce que je raconte n'aura certainement aucun sens pour vous mes lecteurs, mais peu me chaut. Aujourd'hui mon petit cœur désirait s'épancher un peu, bridé qu'il était depuis des mois, retenu par la pudeur, la souffrance, l'économie. A quoi bon alerter ses proches à tergiverser sur les maux qui nous rongent ? De plus certains mots germent en moi afin devenir plus grands. Plus tard.

 

Bref, je dois mériter ma plume. Et relever le défi que je me suis lancée. Et vivre en paix.

Partager cet article
Repost0
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 00:09

Il y a peu de temps, je crois que j'ai enfin compris une chose essentielle. Je n'ai nul besoin d'être aimée par le monde entier. Tu m'apprécies peu ou point, tu ne ressens qu'indifférence à mon égard ? Je m'en fiche. Pourquoi devrait-il en être autrement ? Quelques personnes comptent réellement et énormément pour moi, mais à part ces êtres qui me sont vitaux, je n'ai cure d'être aimée.

 

Cela a été le déclic, un beau jour, comme ça, sans prévenir. Je me suis dis tout d'un coup, mais hey, lâche prise, qu'est-ce que ça peut te faire, comment ça peut influer sur toi et ta vie ? Y'a suffisamment de galères, pas la peine de t'en infliger de futiles.

 

La toute petite fille de mon passé désirait ardemment que tout le monde l'apprécie. La peur du rejet m'a toujours assaillie et pourtant je n'ai jamais rien fait pour me faire aimer. J'ai été successivement timide, asociale, un mélange des deux, et puis métalleuse, ce qui n'incite pas forcément pas forcément des gens d'allure plus conventionnelle à s'accrocher à moi. Et, à partir du lycée, j'ai étonnamment nouée beaucoup d'amitiés. Trop surement.

 

La jeune adulte que je suis est devenue au contraire chaleureuse et accueillante. Rencontrer de nouvelle têtes est toujours intéressant ! Mais je complexais toujours lorsque je sentais que je n'étais pas appréciée à la hauteur de mon intérêt pour ces nouvelles têtes. Vraiment, c'est se donner de la peine pour rien.

 

Aujourd'hui je suis toujours un mélange de fille timide et chaleureuse, je suis une gentille ourse qui met à l'aise, mais une ourse qui ne va pas vers tout le monde non plus. Si je sens que ça ne colle pas avec quelqu'un, je vais maintenant laisser tomber. Je garde mes distances.

 

Bref. Il n’y a que quelques personnes dont j’ai besoin. Je n’ai pas besoin que tout le monde m’aime. Et je l’ai enfin compris. C'est okay si tu ne m'aimes pas. Je m’en fous.

Partager cet article
Repost0

Le Journal

  • : La plume est la langue de l'âme...
  • : Lorsque la conteuse met son cœur à nu devant vous... Etats d'âmes, tranches de vie, réflexions, revues ludo-culturelles, engagement pour la Planète et un mode de vie non-violent.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Hyatt
  • ~ Douce folie ~ Naturelle sérénité ~ Sensuelle candeur ~ Amoureuse passionnée ~ Réaliste révolutionnaire ~ Désinvolte adulte ~ Dévouée amie ~ Rancunière enfant ~ Geekette déjantée ~ Esprit libre ~ Étrange drôlerie ~ Joyeuse rêveuse ~

[Tuto] Repérer et identifier une Hyatt sauvage

Carte d'identité : Hyatt, 1/4 chatte, 1/4 ourse, 1/4 rêve, 1/4 humaine.

Activités : faire le moins possible de mal durant son existence.

Peut être appâtée par : de la nourriture, un mot doux, un livre, du papier et un crayon, une séance de ciné, un jeu (plateau, carte, vidéo, de rôle...), un animal mignon, un dragon.

Se rencontre : généralement sur un canapé, dans un lit, derrière un ordinateur, dans la nature le plus près possible des arbres et/ou des étendues d'eau.

Se reconnait : à son tatouage en forme de rose sur la nuque et son labret (piercing au menton).

Un Truc À Chercher ?

Remerciements

Merci à vous tous de me lire et de parfois prendre le temps de me laisser un commentaire, ça me touche toujours beaucoup. Merci à mes lectrices et lecteurs d'un jour ou de toujours, que vous vous soyez manifestés à moi ou que j'ignore que vous me lisez.  

 

Il est vrai que j'écris avant tout pour moi-même, mais également pour vous un petit peu... Alors à vous tous que j'aime tant, qui réussissez à me supporter et me faites compter parmi vos proches, je vous dédie ce blog. Je vous dédie mes mots à tous.

 

 Merci.