3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 15:13

Puisqu'il est dit que je dois être votre prêtresse, votre guide spirituel (humour), voici mon mode de pensée et de vie résumé par des citations de grands personnages sages et influents, d'artistes et inconnus lambda.

 

 

DALAI LAMA

 

Compassion

 

Pratiquez la gentillesse chaque fois que c'est possible. C'est toujours possible.

 

Combattre l'ignorance, c'est aussi combattre la souffrance. L'ignorance est la source des poisons et obscurcissements mentaux. En développant l'altruisme, l'amour, la tendresse et la compassion, on réduit la haine, le désir ou l'orgueil.

 

Malheureusement, l'amour et la compassion ont été exclus de trop nombreux domaines de l'échange social, pendant trop longtemps. Confinés à la sphère privée et familiale, leur expression en public est jugée embarrassante, voire naïve. C'est tragique car à mon sens l'expression de la compassion, loin d'être une marque d'idéalisme coupé de la réalité est la manière la plus efficace de servir tant l'intérêt d'autrui que le nôtre.

Être responsable de maux et de la destruction d'autrui, c'est être davantage une force du mal qu'un être humain. Faites donc de votre vie quelque chose de constructif, et non de destructeur.

 

Si vous le pouvez, mettez-vous au service des autres. Sinon, abstenez- vous de leur faire du mal.

 

Spiritualité

 

La religion est un choix personnel et que la moitié de l’humanité n’en pratique d’ailleurs aucune mais qu’en revanche les valeurs d’amour, de tolérance, de compassion prônées par le bouddhisme concernent tous les humains et que cultiver ces valeurs n’a rien à voir avec le fait d’être croyant ou non

 

J'appelle l'amour et la compassion une religion universelle. Telle est ma religion.

 

Transformer son esprit, voilà selon moi en quoi consiste la spiritualité. Or la meilleure façon de le transformer est de l'habituer à penser de manière plus altruiste. l'éthique est donc la base d'une spiritualité laïque pour tous, qui ne se limite pas au groupe des croyants de telle ou telle religion.

 

Le développement matériel contribue certainement au bonheur, dans une certaine mesure, et à un mode de vie confortable. Mais cela ne suffit pas. Pour atteindre un niveau de bonheur plus profond, nous ne pouvons négliger notre développement intérieur. Mon sentiment est que notre sens des valeurs humaines de base doit se poursuivre au même rythme que l'accroissement récent de nos capacités matérielles.

 

Changement

 

Si vous avez l'impression d'être trop petit pour pouvoir changer quelque chose, essayez donc de dormir avec un moustique et vous verrez lequel des deux empêche l'autre de dormir.

 

Il y a deux jours dans une année où l’on ne peut rien faire. Ils s’appellent hier et demain. Pour le moment, aujourd’hui est le jour idéal pour aimer, croire, faire et principalement vivre.

 

Lien universel

 

On s'intéresse à ses membres comme parties de son corps, pourquoi pas aux hommes comme parties de l'humanité ?

 

Animaux 

 

S'il n'y avait plus d'humains sur cette planète, celle-ci serait un endroit plus sûr. Pour des millions d'animaux, ce serait là une véritable libération.

 

Épreuves

 

Dans nos sociétés, le progrès technologique et le confort matériel accru ont introduit un bouleversement de la perception. Dès lors que la souffrance devient moins visible, elle n'est plus tenue pour une part fondamentale de la nature humaine - mais plutôt comme une anomalie, le signe de "l'échec" d'un système, une atteinte à notre droit au bonheur garanti !

Ce type de pensée est perfide. À partir du moment où nous jugeons la souffrance contre nature, alors nous sommes mûrs pour nous mettre en quête de quelqu'un à qui en faire supporter la faute. Suis-je malheureux ? Je dois être la "victime" de quelqu'un ou de quelque chose - le gouvernement, le système éducatif, des parents abusifs, une "famille déséquilibrée", le sexe opposé, une compagne ou un compagnon indifférents. Nous avons aussi la latitude de retourner la faute contre nous-mêmes : je suis la victime d'une maladie ou d'un défaut génétique. Reporter ainsi la faute sur autrui, conserver une posture de victime, tout cela n'est qu'une manière de perpétuer la souffrance - avec la colère, la frustration et le ressentiment qui vont de pair.

À l'évidence, vouloir s'affranchir de la souffrance est le corollaire du désir d'être heureux. C'est pourquoi il est tout à fait juste de rechercher les causes du malheur, en explorant tous les niveaux - mondial, social, familial et individuel.aus tant que nous verrons dans la souffrance un état contre nature, une situation anormale que nous redoutons, que nous évitons et rejetons, nous n'en débusqueront jamais les causes.

 

J'ai découvert par ma propre expérience, limitée, que le plus haut degré de sérénité intérieure naît du déploiement de l'amour et de la compassion. Plus nous nous soucions du bonheur des autres, plus notre sentiment de bien-être grandit. Le fait de cultiver une attitude de proximité chaleureux envers autrui calme automatiquement l'esprit. Cela contribue à dissiper les peurs et les incertitudes qui peuvent nous troubler, et nous donne la force de faire face à d'éventuels obstacles. C'est la source suprême de succès dans la vie.

Aussi longtemps que nous vivrons dans ce monde, nous rencontrerons forcément des problèmes. Si dans ces moments-là nous perdons espoir et courage, nous réduisons d'autant nos capacités à faire face aux difficultés. Si, en revanche, nous gardons à l'esprit que nous ne sommes pas les seules victimes de cette souffrance, mais qu'elle est notre lot commun à tous, cette optique plus réaliste renforcera notre détermination et notre aptitude à surmonter les épreuves. Grâce à cette attitude, chaque nouvel obstacle peut être véritablement perçu comme une occasion supplémentaire autant que précieuse de faire progresser notre esprit !

Nous pouvons ainsi, par des efforts successifs, devenir peu à peu compatissants, autrement dit mettre en oeuvre à la fois une réelle empathie vis-à-vis de la douleur des autres et une volonté d'abolir leurs souffrances, le résultat étant que notre propre sérénité et notre force intérieure en seront d'autant accrues.

Le besoin d'amour est le fondement de l'interdépendance qui nous lie les uns aux autres. Si doué et si habile que soit un individu donné, il ne peut survivre seul.

Comme il est écrit dans les textes Bouddhiques, le monde peut apparaître comme ami ou ennemi, plein de défauts ou plein de qualités : tout est dans nos pensées. De façon générale, il n’existe rien qui n’ait que des avantages ou que des inconvénients. Tous les objets que nous utilisons - nos aliments, nos vêtements, nos maisons - et tous les êtres avec qui nous vivons - famille, amis, supérieurs, inférieurs, maîtres, disciples, etc. - ont à la fois des qualités et des défauts. C’est ainsi.
Pour juger correctement la réalité, il faut reconnaître comme tels ces bons et ces mauvais côtés. D’un certain point de vue, il est possible de tout voir sous un jour positif. Même la souffrance peut être considérée comme bénéfique. Je ne parle pas ici du point de vue religieux. Je remarque simplement que ceux qui ont traversé de nombreuses épreuves ne se lamentent d’habitude pas à la moindre difficulté. Les peines qu’ils ont connues ont forgé leur tempérament, leur ont donné une vision plus large, un esprit plus stable, plus proche de la réalité, davantage à même de voir les choses telles qu’elles sont.

Ceux qui ne rencontrent aucun problème et passent leur vie dans du coton se dissocient du réel. Face à un petit tracas, ils « remplissent le pays de lamentations ». C’est une chose que j’ai souvent l’occasion de constater et dont j’ai fait l’expérience moi-même. J’ai perdu mon pays, j’ai passé la plus grande partie de ma vie en exil, mon peuple a été torturé, massacré, les temples rasés, la civilisation détruite, le pays saccagé, les ressources pillées. Il n’y a là aucun motif de réjouissance. Pourtant, je me suis par ailleurs considérablement enrichi au contact d’autres peuples, d’autres religions, d’autres cultures, d’autres sciences. J’ai trouvé des formes de liberté et des visions du monde que je ne connaissais pas.

 

Paix

 

Le désarmement extérieur passe par le désarmement intérieur. Le seul vrai garant de la paix est en soi.

 

La Paix ce n'est pas quelque chose qui vient de l’extérieur. C'est quelque chose qui vient de l’intérieur.
C'est quelque chose qui doit commencer au-dedans de nous-mêmes; chacun a la responsabilité de faire croître la Paix en lui afin que la Paix demeure générale.

 

Nos véritables ennemis sont les poisons mentaux : l'ignorance, la haine, la jalousie, l'orgueil.
Ce sont les seuls capables de détruire notre bonheur.

La colère ou la haine, en particulier, sont les causes d'un grand nombre de malheurs dans ce monde, depuis les querelles familiales jusqu'aux plus grands conflits.

 

Les problèmes et les rivalités d'aujourd'hui doivent se résoudre par le dialogue, il n'y a pas d'autre solution. La victoire écrasante d'un seul camp n'est plus acceptable. Nous devons travailler à résoudre les conflits dans un esprit de conciliation, en tenant compte des intérêts de chacun... Je pense sincèrement que la violence a fait son temps. Seule la non-violence apportera de véritables solutions.

 

Désormais nous voyons la confrontation avec une autre religion sous un jour positif. Que d'autres jugent leurs traditions plus adaptées, plus efficaces, c'est parfait ! C'est comme d'aller au restaurant : rien n'empêche de tous s'asseoir autour d'une même table et que chacun commande des plats différents. Nous n'allons pas manger la même chose, mais personne n'y trouvera rien à redire !

C'est pourquoi, je le crois, élargir son horizon permet bien souvent de dépasser cette espèce de mode de pensée extrême qui induit tant de conséquences négatives.

Dans un monde où règnent la haine et la colère, y a-t-il une alternative pour atteindre le véritable bonheur ? Si nous réfléchissons à notre longue histoire chaotique, nous finissons indubitablement par penser qu’il est indispensable de trouver une meilleure voie. Les tentatives des grandes puissances mondiales pour dominer les autres dans la course aux armements – nucléaire, chimique, biologique ou conventionnel – sont totalement improductives. Les ventes d’armes – que fabriquent par milliers et milliers de modèles, avec leurs munitions, des entreprises dans de grands pays – alimentent la violence. Mais la haine est encore plus néfaste que les bombes et les fusils. Elle atteste d’une absence de compassion et d’un déni de respect pour les droits d’autrui. La paix dans le monde est impossible sans sérénité intérieure. La vraie paix est inenvisageable tant que la haine habite l’esprit humain. La résolution de nos problèmes peut seulement s’effectuer grâce à d’authentiques moyens pacifiques. Les paroles de paix sont insuffisantes, il faut y adjoindre les actes d’un esprit et un cœur apaisés. C’est la solution pour vivre dans un monde meilleur.

 

Il faut de toute urgence instaurer sur le plan mondial des codes de bonne conduite. Sinon, le monde de l'économie et des affaires continuera à protéger ses seuls intérêts en suscitant des problèmes écologiques très importants. Les systèmes économiques sont en grande partie responsables des écarts inacceptables qui séparent tant les nations que les citoyens d'une même nation. ... La situation se dégradera en augmentant la souffrance générale et les systèmes économiques eux-mêmes entreront en crise.

 

Si d'aventure je développais à l'égard des Chinois quelque sentiment de rancune, de colère ou de haine, qui serait le perdant ? Moi-même, car j'y perdrais mon bonheur, mon sommeil, mon appétit, tandis que ma rancoeur n'affecterait aucunement les Chinois. Me tourmenter à l'excès m'empêcherait de rendre heureux mes proches.

 

Divers 

 

Sème un acte, tu récolteras une habitude ; sème une habitude, tu récolteras un caractère ; sème un caractère, tu récolteras une destinée.

 

Dans le confort des grandes villes, beaucoup d'occidentaux vivent pratiquement coupés du reste de l’humanité. Il m'a paru très étrange que jouissant d'un bien-être enviable et entourés de plus de voisins qu'il n'en faut, tant de gens semblent pouvoir montrer leurs véritables sentiments qu'a leur chien ou leur chat. Cela traduit sans doute d'un manque de valeur spirituelle et s'explique en partie par la compétitivité qui, dans ces pays, nourrie un profond sentiment d’insécurité et de peur.

Les médias peuvent donner une image euphorique, ou au contraire très négative, de la terre. Et j'imagine que les gens, en effet, finissent par voir le monde sous cette forme fausse.

Libre à certains de me critiquer ; pour ma part, j'essaie de rester joyeux. Si nous voulons oeuvrer efficacement pour la liberté et la justice, il est préférable de s'y employer sans colère ni mauvaise volonté. Si nous nous sentons sereins et agissons pour un motif sincère, nous pouvons abattre une immense besogne pendant les trente ou cinquante ans d'activité qui nous sont alloués. Et si quelques résultats positifs ont déjà été obtenus en ce domaine, je crois pouvoir affirmer que c'est en partie dû à mon engagement dans la cause de la non-violence, engagement motivé par une authentique croyance : la croyance en la fraternité humaine.

Comme les sensations s’insinuent dans le corps, l’ignorance niche dans les émotions négatives.

 

La planète n'a pas besoin de gens "qui réussissent". La planète a désespérement besoin de plus de faiseurs de paix, de guérisseurs, de conteurs, d'histoires et de passionnés de toute sorte.

 

 

MATTHIEU RICARD

 

Animaux / élevage 

 

Qu'y a-t-il donc de si inavouable à dissimuler derrière les murs des abattoirs et sous les hangars des élevages industriels ? Ce qui est est exposé dans ce chapitre est choquant. Faudrait-il le faire précéder de l'avertissement "âmes sensibles s'abstenir" ? Vous pourriez être tenté de tourner les pages pour passer à la suite. Mais pour se sentir concerné par le sort d'autrui et, dans la mesure du possible, agir pour remédier à ses souffrances, ne faut-il pas en prendre la mesure ? L'histoire a montré que détourner le regard a toujours laissé libre cours aux pires atrocités et a retardé les interventions nécessaires à les enrayer. A quoi bon édulcorer la réalité ? Ne Vaut-il pas mieux la regarder en face et y puiser le courage de la compassion ?

 

Toutefois, se préoccuper du sort des quelque 1,6 million d’autres espèces qui peuplent la planète n'est ni irréaliste ni déplacé, car, la plupart du temps, il n'est pas nécessaire de choisir entre le bien-être des humains et celui des animaux. Nous vivons dans un monde essentiellement interdépendant, où le sort de chaque être, quel qu’il soit, est intimement lié à celui des autres. Il ne s'agit donc pas de ne s'occuper que des animaux, mais de s'occuper aussi des animaux.

Il nous incombe à tous de continuer à favoriser l'avènement d'une justice et d'une compassion impartiales envers l'ensemble des êtres sensibles. La bonté n'est pas une obligation : elle est la plus noble expression de la nature humaine.

Dans les élevages industriels, la durée de vie des animaux est d’environ 1/60e de ce qu’elle serait dans des conditions naturelles. C’est comme si l’espérance de vie d’un français n’était que d’un an et quatre mois.

 

L'amplitude des zoocides que les humains perpétuent à longueur d'année nous interdit de continuer à faire comme si de rien n'était. " Le système industriel, écrit Jocelyne Porcher, est une entreprise de déconstruction de l'animal et de construction de la chose. Mais cette entreprise est vouée à l'échec. Les animaux résistent et persistent à être des animaux et non des choses. En revanche, nous perdons notre sensibilité et notre humanité. " La perpétuation de la tuerie en masse des animaux pose donc un défi majeur à l'intégrité et à la cohérence éthique des sociétés humaines.

 

Les animaux ont un pouvoir de destruction limité, tandis que l'homme, comme le rappelle souvent le Dalaï-lama, est le seul capable de faire un bien ou un mal immense à ses semblables. C'est là le pouvoir de l'intelligence, arme à double tranchant par excellence. Pour que l'intelligence serve à des fins altruistes, il est essentiel qu'elle s'émancipe de l'égoïsme, de l'indifférence et de la cruauté. C'est une condition indispensable à l'accomplissement du bonheur des autres. Et pour mieux aider autrui, il faut commencer par se transformer soi-même.

« Un jour viendra où l'idée que pour se nourrir, les hommes du passé élevaient et massacraient des êtres vivants et exposaient complaisamment leur chair en lambeaux dans les vitrines, inspirera sans doute la même répulsion qu'aux voyageurs du XVIIe et XVIIIe siècle les repas cannibales des sauvages américains, océaniens ou africains. »
Qui peut dire si cette prédication de Claude Lévi-Strauss finira par s'accomplir...

Autre bonne nouvelle, le monde pourrait nourrir 1,5 milliard de déshérités en leur consacrant le milliard de tonnes de céréales qui nourrit chaque année le bétail destiné à l'abattage. Si tous les habitants de l'Amérique du Nord s'abstenaient de manger de la viande un jour par semaine, cela permettrait, indirectement, de nourrir 25 millions de personnes démunies, tous les jours pendant une année entière !

 

Compassion, bonheur

 

La sagesse, c’est de comprendre que tout ce que tu vois, tout ce que tu ressens, est aussi éphémère qu’un rêve, une illusion, une goutte de rosée, un éclair dans la nuit, une bulle à la surface du torrent. La méthode c’est d’être empli de compassion pour tous les êtres ; en gros, c’est d’avoir bon cœur. Sans sagesse, tu perçois tout de travers, et sans compassion, ta sagesse ne vaut pas grand-chose.

 

Ne cherchons pas des explications mystérieuses à la bonté chez les autres, mais redécouvrons plutôt le mystère de la bonté en nous-même.

 

Le bonheur ne se décrète pas, ne se convoque pas, mais se cultive et se construit peu à peu dans la durée. Le bonheur est une manière d'être, or les manières s'apprennent.

 

Pour autant, l’accomplissement du bien d’autrui n’implique pas le sacrifice de notre propre bonheur, bien au contraire.

 

Sagesse, amélioration

 

Du point de vue chronologique, si l'on réduit à une année les quinze milliards d'années que l'on attribue à notre univers, l'homme civilisé, Homo sapiens, ne fait son apparition que le 31 décembre à 23h59. Celui qui se prend pour le "centre de l'univers" est donc un arrivant de dernière minute.

 

Nous ne pouvons pas choisir ce que nous sommes, mais nous pouvons souhaiter nous améliorer.

 

À l’exception des catastrophes naturelles, la majorité des souffrances humaines sont dues à la malveillance, l’avidité, la jalousie, l'indifférence, bref à l’attitude égocentrique qui nous empêche de penser au bonheur d’autrui.

 

Nous sommes tous un mélange de qualités et de défauts, d'ombre et de lumière. Sous l'emprise d'une paresse malveillante, il est sans doute plus facile de renoncer à devenir meilleur que de reconnaître l'existence de la bonté humaine et de faire des efforts pour la cultiver. C'est pourquoi, quand on est témoin de cette beauté, mieux vaut s'en inspirer que la dénigrer et faire de son mieux pour lui donner une plus grande place dans notre existence

 

Il n'échappe à personne que notre société de consommation s'ingénie à inventer sans cesse une multiplicité de plaisirs factices, euphorisants et laborieusement répétés, destinés à maintenir un état d'alerte émotionnelle, lequel déclenche assez "diaboliquement" une forme d'anesthésie de la pensée.

 

Lorsqu'on est sincèrement concerné par le bien-être et la souffrance des autres, il devient nécessaire de penser et d'agir de façon juste et éclairée. Pour que les actes accomplis dans le but d'aider autrui aient véritablement des conséquences bénéfiques , ils doivent être guidés par la sagesse, une sagesse qui s'acquiert par la méditation.

La raison d'être ultime de la méditation est de se transformer soi-même pour mieux transformer le monde, ou de devenir un être humain meilleur pour mieux servir les autres.

 

Changer notre vision du monde n’implique pas un optimisme naïf, pas plus qu’une euphorie artificielle destinée à compenser l’adversité. Tant que l’insatisfaction et la frustration issues de la confusion qui règne en notre esprit seront notre lot quotidien, se répéter à longueur de temps : « je suis heureux ! » est un exercice aussi futile que repeindre un mur en ruine. La recherche du bonheur ne consiste pas à voir la « vie en rose », ni à s’aveugler sur les souffrances et les imperfections du monde.

Le bonheur n’est pas non plus un état d’exaltation que l’on doit perpétuer à tout prix, mais l’élimination de toxines mentales comme la haine et l’obsession, qui empoisonnent littéralement l’esprit. Pour cela, il faut acquérir une meilleure connaissance de la façon dont fonctionne ce dernier et une perception plus juste de la réalité.

 

Bonus :

" Ceux qui pensent que la croissance économique peut continuer indéfiniment sont soit des malades mentaux, soit des économistes. "
Kenneth Boulding

 

 

GANDHI

 

D'abord ils vous ignorent, puis ils rient de vous, puis ils vous combattent, puis vous gagnez.

 

En opposant la haine à la haine, on ne fait que la répandre, en surface comme en profondeur.

 

La démocratie devrait assurer au plus faible les mêmes opportunités qu'au plus fort.

 

La vie est un mystère qu'il faut vivre, et non un problème à résoudre.

 

On peut juger de la grandeur d'une nation par la façon dont les animaux y sont traités.

 

Tout ce que tu feras sera dérisoire, mais il est essentiel que tu le fasses.

 

Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours.

 

Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde.

 

Commencez par changer en vous ce que vous voulez changer autour de vous.

 

 

PIERRE RABHI

 

Si chacun d'entre nous fait le peu qu'il peut avec conviction et responsabilité, je vous assure qu'on fera énormément.

 

Tout changement implique le changement de soi, car si l'être humain ne change pas lui-même, il ne pourra changer durablement le monde dont il est responsable.

 

 

JIDDU KRISHNAMURTI

 

Ce n'est pas un signe de bonne santé mentale que d'être adapté à une société malade.

 

 

NELSON MANDELA

 

Comment changer le monde ? Un acte de gentillesse à la fois.

 

Il est difficile d'expliquer à quelqu'un qui a les idées étroites qu'être "éduqué" ne signifie pas seulement savoir lire et écrire et avoir une licence, mais qu'un illetré peut être un électeur bien plus "éduqué" que quelqu'un qui possède des diplômes

 

Cela semble toujours impossible, jusqu'à ce qu'on le fasse.

 

L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde.

 

J’ai toujours su qu’au plus profond du cœur de l’homme résidaient la miséricorde et la générosité. Personne ne naît haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de son passé, ou de sa religion. Les gens doivent apprendre à haïr, et s’ils peuvent apprendre à haïr, on peut leur enseigner aussi à aimer, car l’amour naît plus naturellement dans le cœur de l’homme que son contraire. 

 

Même aux pires moments de la prison, quand mes camarades et moi étions à bout, j’ai toujours aperçu une lueur d’humanité chez un des gardiens, pendant une seconde peut-être, mais cela suffisait à me rassurer et à me permettre de continuer. La bonté de l’homme est une flamme qu’on peut cacher, mais qu’on ne peut jamais éteindre. Un homme qui prive un autre homme de sa liberté est prisonnier de la haine, il est enfermé derrière les barreaux des préjugés et de l’étroitesse d’esprit. Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu’un d’autre de sa liberté, tout comme je ne suis pas libre si l’on me prive de ma liberté. L’opprimé et l’oppresseur sont tous deux dépossédés de leur humanité. Quand j’ai franchi les portes de la prison, telle était ma mission : libérer à la fois l’opprimé et l’oppresseur. Certains disent que ce but est atteint. Mais je sais que ce n’est pas le cas. La vérité, c’est que nous ne sommes pas encore libres ; nous avons seulement atteint la liberté d’être libres, le droit de ne pas être opprimés. Nous n’avons pas encore fait le dernier pas de notre voyage, nous n’avons fait que le premier sur une route plus longue et difficile. Car être libre ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres. La véritable épreuve pour notre attachement à la liberté vient de commencer ». 

 

En faisant scintiller notre lumière, nous offrons aux autres la possibilité d'en faire autant.

 

La plus grande gloire n’est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute.

 

C'est auprès de ces camarades que j'ai appris, dans la lutte, le sens du courage. Je n'ai cessé de voir des hommes et des femmes risquer et donner leur vie pour une idée. J'ai vu des hommes supporter des brutalités et des tortures sans craquer, montrant une force et une résistance qui défient l'imagination. J'ai appris que le courage n'est pas l’absence de peur, mais la capacité de la vaincre.

 

Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j'apprends.

 

J'en avais retenu que le caractère se mesurait dans les situations difficiles et qu'un héros ne se plie pas, même dans les circonstances les plus dures.

 

Un gagnant est juste un rêveur qui n'a jamais cédé.

 

Il est très facile de casser et de détruire. Les héros sont ceux qui font la paix et qui bâtissent. 

 

 

MARTIN LUTHER KING

 

Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots.

 

Une injustice commise quelque part est une menace pour la justice dans le monde entier.

 

La haine trouble la vie ; l’amour la rend harmonieuse. La haine obscurcit la vie ; l’amour la rend lumineuse.

 

Ce qui m'effraie, ce n'est pas l'oppression des méchants ; c'est l'indifférence des bons.

 

Notre pouvoir scientifique a dépassé notre pouvoir spirituel. Nous savons guider des missiles mais nous détournons l’homme de sa voie.

 

La non-violence est une arme puissante et juste, qui tranche sans blesser et ennoblit l’homme qui la manie. C’est une épée qui guérit.

 

Une nation qui produit de jour en jour des hommes stupides achète à crédit sa propre mort spirituelle.

 

La véritable grandeur d’un homme ne se mesure pas à des moments où il est à son aise, mais lorsqu’il traverse une période de controverses et de défis.

 

 

JACQUES BREL

 

Le seul fait de rêver est déjà très important. Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir, et l'envie furieuse d'en réaliser quelques uns. Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer et d'oublier ce qu'il faut oublier. Je vous souhaite des passions. Je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil et des rires d'enfants. Je vous souhaite de résister à l'enlisement, à, l'indifférence, aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite surtout d'être vous.

 

La bêtise, c’est de la paresse. La bêtise, c’est un mec qui vit et qui se dit, ça me suffit. Je vis, je vais bien, ça suffit. C’est celui qui ne se botte pas le cul tous les matins en se disant, c’est pas assez, tu ne sais pas assez de choses, tu ne vois pas assez de choses. Une espèce de graisse autour du coeur et autour du cerveau.

 

 

Divers

 

" Un Maître Zen vit un scorpion se noyer et décida de le tirer de l’eau.
Lorsqu’il le fit, le scorpion le piqua.
Par l’effet de la douleur, le maître lâcha l’animal qui de nouveau tomba à l’eau en train de se noyer.
Le maître tenta de le tirer nouvellement e l’animal le piqua encore.
Un jeune disciple qui était en train d’observer se rapprocha du Maître et lui dit :
« Excusez-moi Maître, mais pourquoi insistez vous ??? Ne comprenez vous pas qu’à chaque fois que vous tenterez de le tirer de l’eau il va vous piquer ? »
Le maître répondit: « La nature du scorpion est de piquer et cela ne va pas changer la mienne qui est d’aider. »
Alors, le maître réfléchît et à l’aide d’une feuille, il tira le scorpion de l’eau et sauva sa vie, puis s’adressant à son jeune disciple, il continua:
" Ne change pas ta nature si quelqu’un te fait mal, prends juste des précautions. Car, les hommes sont presque toujours ingrats du bienfait que tu leur fais. Mais ce n'est pas une raison d'arrêter de faire du bien, d'abandonner l'amour qui vit en toi.
Les uns poursuivent le bonheur, les autres le créent.
Préoccupe-toi plus de ta conscience que de ta réputation. Parce que ta conscience est ce que tu es, et ta réputation c’est ce que les autres pensent de toi…
Quand la vie te présente mille raisons de pleurer, montre-lui que tu as mille raisons pour sourire. "

 

 

" Science sans conscience n'est que ruine de l'âme. "

Rabelais

 

" Le sens de la vie est de trouver ses dons. Le but de la vie est d'en faire don aux autres. "

Pablo Picasso

 

" Pour être heureux nous devons apprendre à utiliser les choses et aimer les gens, au lieu d'aimer les choses et utiliser les gens. "

Paulo Coelho

 

" Si vous n'échouez pas de temps à autres, c'est signe que vous ne faites rien d'innovant. "

Woody Allen

 

" Rien ne vous emprisonne excepté vos pensées.

Rien ne vous limite excepté vos peurs.

Rien ne vous contrôle excepté vos croyances. "

 

" La vie n'est qu'un passage, sur ce passage semons des fleurs. "

Montaigne

 

" Un être humain est une partie d'un tout que nous appelons: Univers. Une partie limitée dans le temps et l'espace. Il s'expérimente lui-même, ses pensées et ses émotions comme quelque chose qui est séparé du reste, une sorte d'illusion d'optique de la conscience. Cette illusion est une sorte de prison pour nous, nous restreignant à nos désirs personnels et à l'affection de quelques personnes près de nous. Notre tâche doit être de nous libérer nous-même de cette prison en étendant notre cercle de compassion pour embrasser toutes créatures vivantes et la nature entière dans sa beauté."

Albert Einstein

 

" La réalité, c'est ce qui continue d'exister quand on cesse d'y croire. " 

Philip K. Dick

 

" Si nous avions un vrai système d’éducation, on y donnerait des cours d’autodéfense intellectuelle. " 

Noam Chomsky

 


" Le plus grand ennemi du savoir n'est pas l'absence de savoir, mais l'illusion du savoir. " 

Stephen Hawking

 

 

Maintenant, place à deux vidéos, l'une courte et l'autre moins, ainsi qu'à une célèbre chanson...

 

DOXA : jeune philosophe pédagogue plein de bon sens !

LA CAROLOGIE : cri du cœur d'une jeune femme très prometteuse.

IMAGINE... Hymne culte !

Partager cet article
Repost0
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 16:37

En moyenne, dans notre société occidentale, un humain dévore 17 animaux par mois. Cela représente beaucoup de morts pour un seul humain qui serait sans doute incapable de faire naître, élever, nourrir, entretenir et abattre ces créatures tous les mois. Si cet humain choisissait d'épargner ces 17 animaux durant un mois, il éviterait ainsi le rejet de 60 kg de CO2 dans l'atmosphère et économiserait 162 000 litres d'eau et un nombre tout aussi effarant de récoltes. Cette eau et cette nourriture qui auraient pu être destinées à tous les pauvres petits enfants qui meurent ! Bref, c'est schématique. Vous avez peut-être songé à tout cela, ou peut-être que vous aimeriez faire des efforts mais que vous n'êtes pas prêts à abandonner votre régime alimentaire. Soit ! Élisez un (ou plusieurs !) jour(s) de la semaine qui seraient vous jours VG ! Si vous n'en n'avez rien à carrer de nos voisins les animaux et que manger leurs cadavres ne vous dérange pas, peut-être ressentez vous davantage de compassion à l'égard de vos congénères humains (autant les n'enfants que les adultes qui travaillent dans des conditions dégradantes), ou bien de l'environnement ? Un jour solidaire quoi.

 

C'est là que connaitre une ourse obsédée par la nourriture peut vous aider. Voici en vrac des idées simples et faciles de repas végé', éthiques, solidaires, appelez ça comme vous voudrez.

 

Avec du fromage :

> Le mélange courgettes - tomates - ricotta - mozzarella est juste succulent et peut se faire en gratin, directement comme ça dans un plat, ou bien dans une pâte feuilletée ou des feuilles de brick.

> Des carottes grossièrement écrasées, avec des olives, du miel et un fromage frais type St Moret (par exemple), le tout dans une pâte feuilletée, et hop !

> Un remix de croque-monsieur, à faire au four ou dans un toaster : de la ratatouille et du fromage de chèvre dans du plain complet.

> De la gousse de brebis peut transformer un simple plat de pâtes à la tomate. (Possible de rajouter des ptites feuilles de roquette et des olives.)

> Une pizza 4 saisons faite maison, avec autant de légumes que vous voulez, poivrons, artichauts, brocolis, tomates, olives...

> Dans la même veine, un burger maison ! Vous le garnissez comme vous voulez (laitue, tomates, cornichons, oignons, radis...) avec la sauce que vous voulez (béarnaise ça change tout !) mais au lieu de mettre un steak de viande, vous mettez un steak de céréales ou alors vous cuisinez vous même de vos petites mains un steak végétal avec du quinoa, des haricots rouges, un peu de mie de pain, de l'ail...

> Une tarte salée pour l'hiver : pommes de terre écrasées + fromage + noix concassées, le tout mis dans une pâte feuilletée préalablement tartinée de crème. Miam !

> Et à l'automne on n'oublie pas le potimarron, en gratin, en frites, ses graines en chips...

> Pour continuer de revisiter les classiques : la quiche sans lardons mais au tofu !

> Un clafoutis salé aux tomates cerises, au parmesan et à l'origan.

> Des wraps concombre - fromage frais - menthe.

 

Avec des œufs :

> Un sandwich tout simple œufs durs - tomates - salade dans un pain au sésame peut être relevé avec une tonne d'oignons rouges, de la persillade et de la sauce au poivre.

> Des œufs mollets seront excellents à couper dessus une salade de crudités ou de pommes de terre sautées, avec le bon jaune qui coule partout dessus !

> Des œufs sur le plat, sur des tranches de tomates et pourquoi pas avec des pommes de terre sautées. (Possible aussi de faire les œufs brouillés et de mélanger le tout. Possible aussi de rajouter du chèvre pané et chaud dessus.)

 

Plus difficile, sans viande ni fromage :

> Une manière de faire des pommes de terre sautées : rajoutez des oignons, des pois chiches, des aromates et de la sauce aigre-douce (ou alors vous faites vous même une sorte de sauce sucrée-salée).

> Une autre : faire revenir avec les pommes de terre des haricots verts et des asperges vertes.

> Faire tout simplement des pâtes à la courgette avec des pignons de pins éventuellement.

Des pâtes au pesto accompagnée de petites tomates cerises.

Des pâtes tomates séchées, poivrons, coeurs d'artichaut, ail...

> Du riz à la ratatouille, du riz à la sauce satay (une sauce indienne à base de cacahuètes, entre autre) ou du riz avec des graines de sésame, ou encore du riz à la tomate (faisable aussi avec du blé, avec ou sans olives, avec ou sans oignons...), et puis du riz thaïlandais, avec des ananas, des petit pois et une sauce un peu piquante mais sucrée...

> Le couscous sans la viande, c'est cool aussi. Juste la semoule avec les légumes à couscous ou avec un tajine, miam !

> Tarte salée à la tomate et à la moutarde.

> Se faire des fougasses, pain surprise, tartines, bruscheta ou tout ce que voulez avec des tomates et des poivrons, ou du pesto, ou tout ce que votre imagination vous apportera !

> Une pizza sans fromage mais avec de la roquette, des noix, des pommes de terre en tranche... ?

> Une salade originale : pommes, betteraves, noix, mâche, miel, quinoa... Possible variantes avec des figues plutôt que des pommes.

> La pissaladière, la tarte au oignons provençale, très bonne avec une salade de tomates par eemple !

> Avocat, poivron, tomate, pommes de terre ou whatever farcis de quinoa, haricot rouge.

> A noter, toutes les recettes "avec fromage" ci-dessus sont réalisables avec des fromages végétaux... La recette de tarte carotte - fromage, on peut aussi remplacer le fromage par des pommes de terre réduites en purée. Et pour le courgettes - tomates - ricotta- mozza', on peut tout simplement enlever les deux fromages.

> Je n'en n'ai pas parlé, mais bien sur, on peut faire du hachis parmentier soit avec du haché végétal, soit en faisant soit-même un subsitut. Idem pour les lasagnes ou raviolis, qu'on peut toujours faire aux légumes, aux épinards...

 

Si vous-même vous avez d'autres façons de cuisiner sans viande, n'hésitez pas à me faire profiter de votre savoir ! Bien sûr, ceci n'est pas une liste exhaustive mais j'espère que ça vous donnera quelques idées et que vous vous régalerez ! (Et bien entendu, mon ton du début de ce billet est humoristique et je ne force personne. Dites vous vous que j'avais juste envie de déblatérer durant des heures sur mon clavier à propos de bouffe, grosse malade que je suis.)

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 16:33

Moi j’ai un problème avec la nourriture. Léger. Sans avoir jamais souffert d’anorexie ou de boulimie, j’ai connu des périodes de rejet puis de gourmandise trop accrue pour la nourriture. Enfant, je ne mangeai quasiment rien car j’avais peu d’appétit et peu d’aliments savaient émoustiller mes papilles. Ma corpulence squelettique se remarquait beaucoup, et l’adolescente s’est formée sans graisse et sans formes. Depuis toute petite je clame mon désir d’être végétarienne. Dévorer d’autres êtres vivants m’a toujours paru cruel. Mais lorsqu’on est un enfant, on écoute les paroles de nos aînés.

C’est seulement à l’âge adulte que je me suis découvert une passion pour la nourriture (lorsque j’ai commencé à prendre la pilule, doit-on y voir une coïncidence ?) et que j’ai un peu mis de côté ma sensibilité. Miam les hamburgers dégoulinants de sauce, les hot dogs, les pizza bolognaises de haché de viande à l’oignon. Miam les bons ptits plats de maman tels croque-monsieur, tomates farcies. Et les restes de poulet de la veille, engloutis froids le lendemain avec de la mayonnaise. En soirée avec des potes, des roulés jambons-fromages, des feuilletés à la saucisse… La viande est omniprésente dans les repas de notre époque. Surtout dans notre pays. En France, la tradition de la viande et du fromage est très présente. Beaucoup de gens ont l’habitude de consommer de la viande à chaque fois repas car pour eux, elle constitue la base de l’alimentation. Le reste n’est qu’accompagnement. Voilà peut-être la raison pour laquelle pour le végétarisme ne passe pas inaperçu dans notre pays, la norme y étant d’être carnivore. En Inde, il y a beaucoup de végétariens par exemple. Cela dit, je suis chanceuse car je ne me suis jamais prise la moindre réflexion sur mon régime alimentaire.

Revenons à nos moutons égorgés. Jeune adulte, je suis insouciante et gourmande. Désinvolte je pense sincèrement qu’il ne faut pas faire trop de manières et qu’on ne va pas mourir de manger du fast-food, de manger trop souvent trop gras, trop salé, trop sucré, trop épicé, trop chocolaté. Oh hein ce n’est pas si grave faut arrêter ! Mon goût est très développé pour tous les plats à base de tomates, de pommes de terre et de fruits aux chocolat. Je me fais plaisir et mange sans compter les calories. De toute façon je ne prends pas de poids. Les chips et les mars, c’est trop bon ! Et que dire de ces succulentes pâtisseries ? De toute façon les fruits et légumes sont fades et ne tiennent pas au ventre.

Dans un passé plus récent, la nourriture est devenu un refuge et un réconfort. La vie adulte n’est pas chose si aisée et les déconvenues sont si faciles à noyer dans la nourriture. Même si j’avais déjà pris de bonnes résolutions afin de mieux manger, plusieurs fois, je mangeais trop. Bien trop. J’étais capable de me goinfrer, d’ingurgiter le plus possible de nourriture jusqu’à en avoir mal au ventre. Bien vite cette douleur à l’estomac m’a ravie et je n’ai eu de cesse de la rechercher. J’avais besoin de sentir mon ventre gonflé à bloc, tendu par un trop-plein d’aliments. J’aimais me sentir trop pleine à l’écœurement. J’avais mal au ventre et je me sentais bien. Cette sensation m’était devenue indispensable. J’ai pris quelque kilos mais je n’ai jamais dépassé les 62. Chanceuse que je suis. Ou peut-être pas. Car forcissant peu, je ne me rendais pas forcément compte de tout ce que je dévorais et continuais donc mes orgies de nourriture. Attention on ne peut tout de même pas parler de boulimie. Je ne compare pas ma petite obsession à cette maladie sérieuse dont souffrent beaucoup de personnes. Je n’étais pas malade, loin de là, seulement gourmande, un peu déprimée et un peu masochiste.

Puis mes vieilles idées me sont revenues et je me suis longuement documentée sur le sujet. La surconsommation de viande est véritablement effrayante. Pour notre santé et celle de la planète, il faut diminuer cette pratique. J’ai commencé naturellement à faire ma part en décidant de ne consommer de la viande qu’une seule fois par semaine. Si tout le monde procédait ainsi, il y aurait bien moins de pollution et bien moins de gâchis de végétaux… alors que tant de pays auraient besoin d’un coup de pouce pour nourrir sa population. La démographie augmente mais la production de viande ne peut pas être plus importante. Cette industrie extrêmement polluante consomme déjà trop de ressources et d’énergies. Les végétaux et l’eau donnés aux bêtes pourraient nous servir, évitant l’élevage et l’abattage de millions de bêtes, évitant l‘émission de quantités incroyable de CO2. Perte de ressources et de temps. Pollution de l’atmosphère. C’est absurde et il faut s’en rendre compte. Trier ses déchets c’est bien mais ce n’est pas cela qui sauvera le monde. Si plus de monde boycottait le commerce de la viande, les politiques se pencheraient peut-être un peu plus sérieusement sur les épineuses questions du gâchis alimentaire, de la pollution et du fait que cette industrie fonce droit dans le mur. Elle est insuffisante pour nourrir tout le monde alors que la population augmente. Il faut envisager d’autres méthodes.

Je poursuis mes recherches et ce que je trouve me révolte. Des animaux qui ne voient jamais la lumière du jour, parqués à plusieurs dans des cages minuscules, mutilés pour certaines races pour ne pas qu’ils se suicident ou simplement se blessent car leurs plaies s’infecteraient immédiatement. Des animaux qui sont traités comme des objets inanimés, frappés, jetés comme des paquets dans des camions, effrayés par l’odeur de mort de leur congénères qui n’ont pas tenus le choc. Des animaux qui sont rarement étourdis avant d’être tués (perte de temps) et qui agonisent durant de longues minutes, commençant parfois à être découpés alors qu’ils tressaillent encore. C’est moche. Vraiment. Je refuse de participer à cela et de donner mon argent durement gagné à cette industrie irrespectueuse de la vie. C’est décidé j’arrête la viande. 2014 débute et je ne touche plus un seul morceau de viande.

Sans compter les conditions sanitaires de cette industrie. Les animaux sont bourrés de médicaments et ont peur toute leur vie. Je ne pense pas que cela produise quelque chose de sain à mettre dans son corps à soi. Quand les pauvres gens qui travaillent là-dedans se blessent, croyez vous que la viande souillée de sang soit retirée ? Non, il ne faut pas perdre d’argent. Quand la viande est moisie, véreuse, elle n’est pas ôtée non plus. Hachée avec les os et les nerfs dans un plat en sauce, on n’y voit que du feu. Je crois que tout le monde vaut mieux que cela, que personne ne mérite de manger aussi mal.

Petite parenthèse : la viande, et surtout l’abus de viande peut devenir mauvais pour la santé. La viande (tout comme les produits laitiers) peut acidifié l’organisme, favorisant toutes sortes d’infections et de maladie cardio-vasculaires par exemple. Alors de la mauvaise viande…
D’autant plus que si les protéines nous sont vitales, le mythe des protéines animales est à effondrer. Nous trouvons toutes les protéines dont nous avons besoin dans toutes sortes d’autres aliments, et souvent les plus carencés en protéines sont des omnivores qui ne mangent pas équilibrés.

Ma décision d’être végétarienne fut d’abord politique (et sanitaire) vous le comprenez bien. Impact sur l’environnement, boycott d’une industrie sale et amorale qui produit de mauvais aliments et qui conduit les générations futures au bord du précipice.
Et puis il y avait dès le début bien sûr une compassion très importante pour tous ces êtres vivants privés de dignité, de confort et de leur vie même pour satisfaire des estomacs qui pourraient trouver leurs besoins ailleurs.

Consommer de la viande est cruel, mauvais pour la santé, pollue et favorise une industrie destructrice. Quelles seraient les bonnes raisons de manger de la viande ?
Le goût ? Personnellement je ne trouve pas le goût si intéressant, du reste la viande ne m’a pas manqué une seule seconde et ce ne fut absolument pas difficile d’arrêter. En outre, le goût reste tout de même une question bien égoïste à mon sens. Même si j’avais trouvé cela délicieux, je me serai battue pour suivre ce que mon cœur et mon éthique me soufflaient.
L’énergie ? Manger des fruits et légumes bio, des légumineuses, des pommes de terre, des céréales… tout ces aliments apportent bien plus d’énergie, en plus d’être meilleurs (selon moi) et de se digérer bien plus facilement !

Longtemps j’ai pensé que des animaux ayant bien vécus et étant abattus avec respect et le moins de douleurs possible, c’était ok. Après tout je ne condamne personne. Et puis j’ai finalement revu mon opinion là-dessus également. Je suis devenue anti-spéciste, comme on dit.

Le spécisme consiste à tout trier et tout hiérarchiser. Par exemple : le patron est supérieur à ses employés, l’Homme est supérieur à l’animal, certains animaux valent plus que d’autres du coup certains peuvent être réduits en bouillie mais on s’insurge lorsqu’un coup est donné à un autre, l’homme est supérieur à la femme, l’adulte est supérieur à l’enfant, le professeur est supérieur à ses élèves, le blanc est supérieur au noir, etc etc… Ça aussi c’est moche. Je considère que toute vie est sacrée, qu’elle appartienne à un humain ou un animal et que les animaux, sans exception, ressentent des émotions, ressentent la douleur et ont envie de vivre. Vous trouverez sur le net des foules d’exemples d’animaux montrant de l’empathie, d’animaux ressentant la douleur, d’animaux préférant ressentir de la douleur pour survivre (se couper une patte pour s’échapper d’un piège), d’animaux démontrant des preuves d’intelligence… etc etc…

Vous me direz que les animaux ne sont pas aussi intelligents que les humains, qu’ils ne peuvent pas construire des villes par exemple. Même s’ils sont moins intelligents, est-ce une raison pour les tuer ? Est-ce qu’on tue les handicapés mentaux sous prétexte qu’ils sont moins intelligents ? Les fourmis construisent des villes. Les handicapés mentaux, tout comme beaucoup d’humains, ne construiront ni villes, ni train, ni tour, ni ordinateurs, ni fusées. Doit-on les tuer car ils ne possèdent pas cette faculté ?

Vous me direz que les animaux se mangent entre eux. Certes, mais ils ne se torturent pas. Et ils font aussi beaucoup d’autres choses qui sont immorales pour les humains : inceste, viol, ne pas enterrer ses morts... Les animaux sont différents des humains, c’est une évidence et tout le monde le sait bien. Ce n’est pas une raison pour faire comme eux. Ils sont vivants et arpentent la même planète, leur différence ne doit pas constituer une raison de les tuer. Sinon on tue les asiatiques car ils ont une peau différente ? Les marginaux qui ne pensent pas comme la majorité ?

Mais alors l’Humain est supérieur aux animaux puisqu’on a développé un sens moral ?
Moi, je crois que toute forme de vie est égale à n’importe quelle autre forme de vie. Je ne mange pas d’animaux et je les respecte comme je ne mange pas d’humains et les respecte. Après, c’est une question délicate sur laquelle on peut débattre. De toute façon, même si on admet que l’Homme est supérieur à l’Animal, est-ce une raison pour le tuer ? L’Humain supérieur ne devrait-il alors pas prendre ses responsabilités aux sérieux et s’élever ? Protéger ces formes de vie au lieu des les asservir, les décimer, les maltraiter et les manger ? Moi, pour conserver ma dignité et pouvoir me regarder en face dans le miroir, je ne souhaite être responsable d’aucune mort. Surtout pour des raisons aussi futiles que quelques minutes de satisfaction de papilles gustatives.

Par le passé, l’Humain a mangé beaucoup de viande, cela à permis à l’homme préhistorique d’évoluer.
Oui bien sûr. C’est vrai, je suis d’accord avec cela.
Seulement, aujourd’hui, non seulement des études tendent à montrer que l’Humain est peut-être fait pour être végétarien, mais en plus, nous n’avons plus besoin de consommer de la viande. Nous pouvons être en bonne santé avec un régime alimentaire végétarien ou végétalien (Attention toutefois car un régime végétalien ne peut pas convenir à tout le monde, certains possèdent un organisme qui assimile mal les fruits et le cru, ces personnes là risquent leur santé avec un régime végétalien ou vegan.). Nous, Occidentaux, jouissons d’un tel luxe que ça en devient écœurant. Prenons nos responsabilités et cessons de profiter, profiter, toujours profiter.

Et là le troll dit, oui mais si on ne mange plus de viande, les animaux disparaissent.
C’est idiot. Il y aura toujours des gens pour manger de la viande et je respecte cela. Il y aura toujours besoin de bêtes pour les produits laitiers. Il faut réduire cette consommation, réaménager les espaces. Les bêtes qui ne naissent pas ont plus de chance que celles qui naissent pour cette « vie » qui s’achève bien vite dans une assiette. De plus il ne faut pas redouter le changement. Le changement c’est la vie. Et j’ai déjà donné mon avis sur cette industrie qui se casse le nez. Elle doit changer.

Et là le troll puissance mille dit : et les légumes sont vivants aussi.
Honnêtement, si tu compares une vache à une carotte, retournes en cours de biologie. Prendre le fruit d’une plante, ce n’est pas ni la blesser ni la tuer, et la plante ne possède aucune sentience. Mais tout le monde est suffisamment intelligent pour comprendre n’est-ce pas ?

Posez moi toutes les questions que vous voudrez, j’aurai une réponse. Je ne me considère nullement supérieure ni ne souhaite donner des leçons. Je partage mon point de vue et mes idées mais je n’oblige personne à faire comme moi. C’est simplement que j’ai beaucoup réfléchi à ce sujet et qu’il existe vraiment tout un tas de raison pour ne pas manger de viande.

En changeant de régime alimentaire et en y intégrant une part de bio, j’ai redécouvert le goût de beaucoup d’aliments. Et lorsque je me préparais mes repas (actuellement, travaillant à Paris, je n’ai plus le temps) sans viande j’ai perdu facilement du poids, sans faire d’efforts puisque je mange toujours du chocolat. Je me sens très légère, je digère mieux. Arrêter le lait et réduire le fromage contribue aussi à ce bien-être. Je crois aussi dorénavant que c’est pas anodin de faire digérer quelque chose à notre corps. Il faut apporter un minimum d’attention à ce qu’on lui apporte pour le conserver en bonne santé. Et quoi de plus gratifiant que de rester fidèle à son éthique ?

Après, je ne suis pas parfaite, je mange encore du poisson d’élevage. 

Je mange toujours en terme de quantité, et m^me si j'aime sentir un léger poids dans mon estomac, j'arrête avant d'avoir délicieusement mal.

J’ai fait un effort, je ne pense plus m’empoisonner et je suis contente de mon éthique et ma compassion. C’est tout ce que je souhaite à chacun d’entre vous.


Et vous, quel est votre rapport à la nourriture ?
Vous êtes-vous déjà poser des questions (sans pour autant l’envisager) sur le végétarisme ?

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 00:09

Qu'est-ce que passer au naturel et pourquoi le faire ?

Que comprendre par "bio" et "naturel" ?

À l’inverse que signifie exactement "produit chimique / pétro-chimique" ?

Pourquoi mettre toutes les marques qu'on trouve dans les supermarchés, les coiffeurs, les pharmacies dans le même panier ?

Des produits "sains et naturels", ça existe vraiment alors ?

On peut vraiment se laver et se faire belle avec juste des plantes, des fruits, des cailloux et d'autres trucs hippie dans l'genre ?


 

Qu'est-ce que passer au naturel et pourquoi le faire ?

 

Passer au naturel est une expression utilisée pour parler des femmes (et des hommes aussi hein ! Il y en a !) qui rejettent le circuit typique des produits de cosmétiques et/ou d'entretien pour adopter des comportements plus proches de la nature.

 

Certaines (je vais toujours parler au féminin car ce sont majoritairement des femmes qui se sentent concernées) sont au naturel seulement pour une partie de leur corps, généralement les cheveux ou le visage. Mais la plupart ont une démarche unifiée et sont au naturel autant pour leur chevelure que leur peau et leur corps et leur maison.

 

Pour d'autres cela concerne l'alimentation : produits bio, régime souvent végétarien ou végétalien, achats locaux...

 

Cela peut aussi être l'habillement : achat/échange de vêtements dans des friperies, achats à des marques spécialisées dans le commerce équitable basé sur le respect de la planète et des travailleurs. (Problème, ces marques sont souvent assez chères.)

 

Les motivations sont multiples : respect de l'environnement en optant pour des produits qui ne polluent pas et dont le procédé de fabrication ne pollue pas non plus, ou ne met personne en danger. Respect des animaux : souvent les démarches de renseignement proviennent d'un désir de ne pas faire souffrir d’animaux de la part de personnes sensibles à cette cause, et donc d'acheter des produits non testés sur eux, ingrédients et produit fini y compris. Ou encore, pour d'autres cela viendra d'une motivation à prendre soin de soi et de réparer une partie de soi qui est abimée : c'est le respect de soi. Généralement, des filles qui rencontrent un gros problème avec par exemple leur cheveux (ternes, fourchus, abimés, ne poussant plus, secs ou trop gras...) ou leur peau (acné sévère...) passeront du temps à chercher des remèdes, et finiront par tomber sur cette possibilité du naturel. Elles testeront probablement et seront conquises la plupart du temps. Je constate aussi un intérêt croissant pour le naturel de la part des jeunes mamans, qui veulent le meilleur pour leur bébé. On pourrait appeler ça le respect d'autrui, ou tout simplement le respect de la vie. Dites moi si ça fait trop pompeux, j'ai une fâcheuse tendance à être trop grandiloquente. Mais c'est parce que je ressens les choses de façon si intense...

 

Une fois que vous êtes au naturel et que je avez compris que les "grandes marques" se moquent de nous, vous pouvez ajouter le respect de votre morale. Vous ne voudrez plus donner votre argent à des entreprises qui mentent, vous ne voudrez plus vous laissez berner, vous voudrez choisir vous-même ce que vous utilisez tout en sachant parfaitement ce que vous utilisez, d'où ça vient et les effets que ça peut avoir.

 

Pourquoi passer au naturel ?  Si vous n'êtes toujours pas convaincues voilà une dernière raison : vous saurez exactement ce que vous appliquez sur votre corps. Vous désirez utiliser du rhassoul (argile minérale naturelle extraite dans les montagnes de l’Atlas marocain) pour laver et embellir votre chevelure ainsi que la peau de votre visage : vous savez ce que c'est. Contrairement au premier masque d'une marque X ou Y que vous avez trouvé dans votre hypermarché : lisez la composition, vous n'y comprenez rien, vous ne savez pas que vous utilisez. (Mais ça, ça va changer puisque je vais essayer de vous donner les clés ! ;))


 

Que comprendre par "bio" et "naturel" ?

 

Voila deux termes très vagues qui sont interprétables de bien des manières. Cependant je peux vous donner des définitions qui je le pense, sont partagées unanimement dans le monde du naturel.

 

Bio : se dit d'une agriculture qui n'utilise ni engrais ni pesticides, c'est à dire aucun produit chimique de synthèse. Cette agriculture peut produire une récolte servant à l'alimentation, à la confection de vêtements ou de produits cosmétiques et d'entretien.

 

À ne pas confondre avec produit local : je suis française, un produit local sera un produit fabriqué en France, ou mieux fabriqué dans ma région. Le produit local ne sera pas forcément bio, même si c'est parfois le cas !

 

Un produit naturel et bio peut venir d'un autre pays.

Exemple : huile de sésame Bio du Mali, dont voici la fiche sur le site Aroma-Zone :

http://www.aroma-zone.com/aroma/ficheHVsesame.asp

 

=> C'est un produit naturel : l'huile extraite de manière artisanale de graines.

=> C'est un produit bio : les graines récoltées sur la plante qui a été cultivé sans engrais ni pesticides.

=> C'est un produit équitable : les travailleurs du Mali travaillent dans de bonnes condition (ils ne sont pas enfermés dans une usine...) et gagnent un salaire qui leur permet de vivre, d'entretenir leur famille, et qui profite au développement de l'économie de leur pays. C'est un point très important à mon sens, autant que les questions de bio et de naturel.

=> Aucun animal n'a été blessé durant la culture du sésame, l’extraction de l’huile, et cette huile n'a pas été testée sur eux.

=> C'est un produit non polluant, si ce n'est le transport.

 

Naturel : voilà un mot plus vague, car il possède plusieurs significations différentes, qui n'ont pas forcément un rapport direct entre elles. Voyons les définitions du Larousse. (Je surligne celles qui nous intéressent dans notre propos ici.)

  • Qui appartient à la nature, qui en est le fait, qui est le propre du monde physique, par opposition à surnaturel : Phénomène naturel.

  • Qui est directement issu de la nature, du monde physique, qui n'est pas le fait du travail de l'homme, par opposition à artificiel, synthétique : Gaz naturel.

  • Qui est propre à la forme physique du monde, à son relief : Les frontières naturelles d'un pays.

  • Qui est fait uniquement à partir de produits bruts, sans mélange avec quelque chose d'artificiel, de synthétique : Jus de fruits naturel.

  • Qui appartient à la nature physique des hommes, aux fonctions de l'organisme : Les défenses naturelles de l'organisme.

  • Qui tient à la nature humaine, qui est imposé par la nature en tant que principe : Inégalités naturelles et inégalités sociales.

  • Qui tient à la nature d'un homme, qui n'a pas été acquis ou modifié : Une bonté naturelle. Ce n'est pas la couleur naturelle de ses cheveux.

  • Qui s'exprime ou agit selon sa nature profonde ; qui exclut toute affectation, toute contrainte : Garder un air naturel.

  • Qui donne une impression de vérité, de vraisemblance, de simplicité, d'aisance : Un style naturel.

  • Qui est conforme à l'ordre normal des choses, au bon sens, à la raison, à la logique : Il est naturel de s'entourer de garanties pour un tel achat.

 

/!\ Un produit bio peut ne pas être naturel, ou être en partie naturel. Exemple : un shampooing bio composé à la fois d'extraits de plantes bio qui lui ont donné son label (peu exigent) et de produits chimiques, qui n'existent pas dans la nature, qui ont été fabriqués en laboratoire. Il existe plusieurs labels qui peuvent décerner une appellation "bio", mais ils sont loin d'avoir tous le même niveau d'exigence. Un produit estampillé "bio" peut contenir des ingrédients chimiques et ne veut pas dire qu'il est uniquement constitué de jolies petites plantes, alors méfiez-vous des labels. Je ferai un texte consacré à leur sujet, en attendant sachez qu'il vaut mieux lire la composition d'un produit plutôt que de suivre aveuglément un label. Attention les labels sont différents pour l'alimentaire ! Dans ce domaine, un produit bio est forcément naturel.... une pomme bio, c'est naturel ! Un jambon bio, c'est naturel, le cochon il est naturel, il n'a pas été fabriqué dans un laboratoire !

 

/!\ Un produit naturel peut ne pas être bio ! J'ai adoptée une routine naturelle, proche de la nature : je me sers par exemple de yaourt et de miel pour soigner mes cheveux, mais si je n'ai pas acheté du yaourt et du miel bio, ma routine est naturelle mais non bio. Mais assez  souvent les produits naturels sont bio.

 

En bref, il faut se méfier du terme bio, et plutôt parler d'habitudes naturelles ou saines, ou engagées.


 

À l’inverse que signifie exactement "produit chimique / pétro-chimique" ?

 

C'est compliqué, mais on peut expliquer ça de manière très simple : il s'agit de tous les ingrédients que l'on ne peut pas trouver dans la nature et qui sont donc élaborés par des processus industriels. Ils sont plus ou moins nocifs pour la santé et l'environnement, le plus souvent testés sur les animaux afin de s'assurer qu'ils ne vont pas être trop dangereux. Leur procédé de fabrication est parfois dangereux pour les hommes qui l'exécutent. Ils ont souvent des noms compliqués xD.

 

Attention à ne pas confondre chimie et chimie ! La chimie est la base de tout l'univers, et on peut dire que tout est chimique sans avoir tort : l'eau est chimique puisqu'il s'agit de molécules d'H2O ! ici par "chimique" nous entendons pétro-chimique, de synthèse, de création humaine.

 

Définition de pétrochimie du dictionnaire Larousse : "Ensemble des méthodes industrielles de fabrication des produits chimiques organiques à partir du pétrole."

 

Quelques rapides exemples pour y avoir plus clair...

 

Les acrylates servent à donner une consistance crémeuse aux gels douches, shampooings, crèmes etc pour ne pas qu'ils soient trop liquides. Ça ne sert à rien d'autres, c'est seulement pour vendre des produits plus esthétiques et plus faciles à utiliser. Bien évidemment il est possible de recourir à des produits naturels pour obtenir ce même effet sans danger. Mais les "grandes marques" ne le font pas car il est plus facile (= moins cher) de créer une substance de synthèse plutôt que de récolter ce que la terre nous offre.

Problème pour la santé : cela bouche les pores de la peau. En clair boucher les pores de sa peau c'est se donner des boutons, des cheveux gras, des chutes de cheveux, de la transpiration qui n'arrive plus à s'écouler correctement ce qui entrainer des réactions inflammatoires, des allergies... Des cas d'allergie respiratoire dues à l'acrylate ont été relevés.

Problème pour l'environnement : c'est un poison pour les poissons et le corail, dont le taux anormalement anormalement reste "inexpliqué" : mais rien de compliqué à cela... Nos corps enduit de cette substance prennent des douches et la substance part dans les eaux...

 

Les PEG et PPG, ou composants éthoxylés sont partout. Ils servent souvent de base pour créer des crèmes, des gels... Ils sont aussi émollients c'est-à-dire qu'il ramollissent et détendent la peau.

Problèmes : Ainsi, ils laissent filtrer par la peau amollie toutes les substances nocives, votre organisme est directement contaminé. Je cite Rita Stiens : "Les PEG et PPG sont fabriqués à partir de substances cancérigènes qui peuvent aussi être utilisées pour produire des gaz de combat. Même si aujourd’hui, pour les obtenir, on travaille avec des procédés de purification modernes sans le dangereux oxyde d’éthylène libre, l’éthoxylation reste un procédé chimique dur, hautement explosif, qui impose les mesures de sécurité les plus strictes." Ce sont les produits les plus polluants, ou plus exactement, ce sont leurs procédés de fabrication qui sont très polluants. Une fois fini, le PEG ou le PPG n'est pas sensé être nocif cependant il y peu y avoir "des restes", il peut donc se révéler être un produit cancérigène.

 

Les sulfates servent à laver et faire beaucoup mousser les produits cosmétiques.

Problème : ils sont hautement détergents et décapants. C'est à dire que certes, vous serez lavé (passé à l'acide oui), mais le sulfate peut irriter, et assécher votre peau, votre cuir chevelu, vos muqueuses. Vous pouvez avoir des réactions allergiques et des problèmes respiratoires. Le sulfate aura enlevé le film protecteur de votre peau et de vos cheveux. Dans l'eau, ils sont polluants, non biodégradables et nocifs pour les poissons.

 

Un dernier mot : sachez que les conservateurs utilisés sont très puissans et très nocifs, les pires sont par exemple le formol (si si) et les parabènes...


 

Pourquoi mettre toutes les marques qu'on trouve dans les supermarchés, les coiffeurs, les pharmacies dans le même panier ?

 

Tout simplement car les menus exemples que je viens de vous citer grossièrement, ce ne sont que des gouttes d'eau dans l'océan des produits nocifs du même genre. On retrouve ce genre de produits dans absolument toutes les marques que l'on trouve facilement, toutes les marques "connues". Les compositions sont les mêmes, autant pour les gels douches que pour les shampooings, autant pour la marque A que pour la marque B. Les produits soit disant de luxe que l'on trouve chez le coiffeur sont les mêmes que ceux dit "bas de gamme". Les produits soit-disant sains que l'on trouve en pharmacie n'ont rien de naturels et comportent autant de pétrochimie que ce qu'on trouve en supermarché. Ne vous laissez pas avoir par les stratégies marketings !

 

Si vous ne me croyez pas (et vous aurez raison dans un sens), je vous conseille de vérifier par vous-mêmes en lisant simplement les compositions. La composition d'un produit est rédigée en anglais ou en latin, cela s'appelle la liste INCI. Les marques sont obligées d'indiquer absolument tous les composants, même s'il s'agit de quelques chose de particulièrement controversé, comme par exemple de l'huile de vison (vison, l'animal, ils sont dépecés vivants pour qu'on prélève "l'huile" sur leurs corps).

 

Pour comprendre ce qu'est un ingrédient, vous avez Google pour faire des recherches comme des grands (attention tout de même à tout ce qu'on peut trouver sur le net) ou bien les deux sites suivants qui peuvent vous prémâcher le travail :

- http://www.laveritesurlescosmetiques.com/index.php

- http://leflacon.free.fr/

 

 

Des produits "sains et naturels", ça existe vraiment alors ?

 

Oui bien sûr !

 

Deux solutions :

- soit vous vous dotez de produits de base à utiliser seuls ou à mélanger pour cuisiner vous-mêmes vos petites recettes. Ça fonctionne sur tout, même bougies, parfums, savons, mascaras...

- soit vous aider à promouvoir des marques qui font l'effort de proposer des gammes bio, naturelles, saines, respecteuses de l'environnement et des animaux.

 

Les deux solutions sont excellentes et je pense personnellement qu'il est idéal de combiner les deux. Utiliser des ingrédients simples, seuls, et c'est très bien car multiplier les produits n'est pas forcément une bonne chose. Le naturel vient aussi de la simplicité. Faire ses recettes homemade est très bien aussi car on peut créer un produit personnalisé à fond qui répond parfaitement à tous nos besoins. Il y a aussi la satisfaction et la fierté d'avoir réalisé quelque chose entièrement par nous-mêmes. Mais acheter des produits tout faits à des marques recommandables, c'est bien car ils faut les récompenser de leurs efforts et les promouvoir. Le commerce équitable par exemple, vous n'y arriverez jamais seuls ! :p Aussi, si vous êtes un peu paresseuse comme moi, vous n'aurez pas forcément l'envie (et le temps) de tout faire par vous-même de A à Z.

 

Quelles sont les marques à qui on peut faire confiance ?

Alepia, Aroma-Zone, les 3 fées, Lavera, Coslys, Desert Essence, Peter Rabbit, Aubrey Organics, Douce Nature... le choix est vaste mais attention : ne faites jamais aveuglément confiance à une marque et vérifiez toujours la composition produit par produit !

 

Par exemple : je suis assez fan de la marque Lavera. Tous les produits que je possède ont le label Vegan, ce qui certifie à 100% que le produit est composé à partir de matière végétale et que rien n'a été testé sur les animaux. Ce label, vous pouvez lui faire confiance. Mais si un nouveau produit Lavera sort, je ne vais pas me jeter dessus sans réfléchir : aura t-il le label lui aussi ? (Un label est attribué à un produit isolé et en aucun cas à une marque !) La composition me satisfait-elle ? Je dois répondre oui à ces deux questions pour songer à l'acquérir.

 

Ne vous laissez pas endormir par le greenwashing !

Mais qu'est-ce que c'est que ça encore ?

Réponse : du marketing. Je serai tentée de rajouter : de la publicité mensongère.

En clair : une marque ou une gamme seulement est vendue en tant que produit naturel et bio, parfois même avec de faux logos imitant des labels, parfois encore, un ou deux produits a réussi à obtenir un véritable label parmi les moins exigeants... Le packaging est toujours séducteur : du vert, des motifs floraux ou fruité, des images de plantes et/ou de fruits... Seulement, il suffit de regarder le produit pour se rendre compte que la totalité ou la plus grande partie des composants est issu de l'industrie. Parfois il y a vraiment un des actifs végétaux ou fruités annoncé (mais pas toujours...) en quantité minime (1 ou 2% maximum). Aussi peu dosé et autant noyé sous les produits chimiques, autant dire qu'il ne sert à rien !

 

Tu peux nous citer de marques pour qu'on ne tombe pas dans le panneau ?

Bien sûr ! Le greenwashing concerne Timotei, Le Petit Marseillais, Nectar of Nature, Klorane, Yves Rocher, Avene, Beliflor, Korrès, Nuxe, Corine de Farme ou encore les gammes Ultra Doux de Garnier et Nature de l'Oréal... et dans une moindre mesure The Body Shop (effort au niveau du commerce équitable, certains produits pas trop mal, certifié non testé sur les animaux par PETA... MAIS rien de parfaitement clean et appartient au groupe l'Oréal !) et l'Occitane en Provence (idem, certains produits sont assez bons, d'autres assez bofs, mais exportent en Chine où des tests sont effectués sur les animaux !). Attention cette liste n'est pas du tout exhaustive il y a des tas d'autres marques concernées par le greenwashing mais je ne peux pas tout lister !

 

 

On peut vraiment se laver et se faire belle avec juste des plantes, des fruits, des cailloux et d'autres trucs hippie dans l'genre ?

 

Évidemment. Ça me parait plus logique que le faire à l'aide de produits chimiques. Et ça n'a rien à voir avec les hippies. C'est simplement vouloir le meilleur et se sentir concerné par son propre impact écologique et économique. Et en gros quasiment toutes les plantes, graines, racines, fruits, argiles... possèdent de nombreuses vertus beaucoup plus efficace que toute la chimie du monde. Le lait de coco est l'un des meilleurs soin pour cheveux. La pomme est un excellent hydratant : réduite en poudre elle s'incorpore à votre lait corporel par exemple. Le sucre peut servir d'exfoliant, faites en du caramel pour vous épiler... Le henné est une plante qui peut soigner et colorer vos cheveux. Des poudres minérales sont géniales en tant que fond de teint. Le meilleur savon au monde est selon moi le savon d'Alep, réalisé avec de l'huile d'olive et de l'huile de baies de laurier. La savon noir, c'est aussi de l'huile d'olive, et il s'agit du meilleur produit ménager que j'ai jamais utilisé, qui en plus est tout en un puisqu'il sert à tout ! Concombre, carotte, tomate : le must pour se donner bonne mine ! Bon, ça pourrait continuer longtemps, je pense que vous avez saisi l'idée.


 

Le mot de la fin :

 

Je suis au tout naturel en ce qui concerne les cosmétiques et je fais de mon mieux pour en faire de même au niveau des produits ménagers. C'est en très bonne voie !

 

Je ne mange ni spécialement bio ni local car je n'ai ni le temps ni l'argent mais j'essaie d'acheter le moins possible de repas tout prêts, notamment surgelés. Je mange les fruits et légumes du jardin... en été ! Et oui en hiver rien ne pousse !

 

Je ne suis pas végétarienne mais j'y songe.

 

Je ne m'habille pas équitable car c'est trop cher pour moi et j'ai un style assez rock. Je revends les vêtements dont je ne veux plus et il m'arrive d'en acheter d'occasion, pareillement. C'est mieux que de jeter. je pense offrir les vêtements que je n'arriverai pas à vendre à quelque chose du style Croix-Rouge...

 

Je fais de mon mieux pour jeter le carton dans les poubelles bleues, avec mon chéri on va jeter les bouteilles dans les poubelles à verre, je fais de mon mieux pour toujours bien fermer le robinet et éteindre la lumière mais je suis tête en l'air en ce qui concerne la lumière...

 

Par contre je consomme beaucoup d’électricité, entre le pc et les consoles...

 

Voilà je suis loin d'être parfaite, je ne souhaite pas m'ériger en donneuse de leçons et je n'oblige personne en rien. Je désire simplement informer les gens, par pure gentillesse d'âme, afin que chacun sache se repérer dans notre société. Je désire aussi que chacun vive en harmonie avec la nature et avec son corps, mais bon, à chacun de faire son choix ! ^^

 

Merci de m'avoir lu, ce texte m'a pris beaucoup de temps.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 19:53

Nous vivons dans un monde parfait où des occidentales aisées se pomponnent dans leurs salles de bain équipées où l’eau chaude apparait d’un seul geste de la main. Ces occidentales se pomponnent avec des cosmétiques qui ont été fabriqués dans la douleur et l’égoïsme : ingrédients testés sur des animaux, procédés de fabrication hautement polluants et/ou dangereux de produits pétro-chimique allergènes, perturbateurs endocriniens voire même cancérigènes, bien-être du client totalement éclipsé par la volonté seule de s’enrichir. Et pendant ce temps là, des femmes dans certains pays pauvres ont faim, sont malades, n’ont pas de maison ou un accès restreint à l’eau potable, ont à peine de quoi se vêtir…

 

Les femmes occidentales bénéficiant du tout confort ne doivent pas se sentir coupable, je ne dis absolument pas cela. Mon but, c’était de vous faire réagir sur ce frappant décalage. Tout le sait, inconsciemment, et il faut que ça devienne conscient. Soyez conscientes de la chance que vous avez, et agissez en conséquence. Encore une fois, je ne vous dis pas de devenir bénévole et de partir sur le champ en mission en Afrique. À chacun son combat, à chacun son niveau d’implication selon la vie qu’il désire mener. J’aimerais simplement de tout cœur vous ouvrir les yeux.  

 

Est-ce que quelque chose remue en vous maintenant ? Vous n’êtes pas obligées de définir ce sentiment, dès lors que vous avez ressenti une émotion, vous êtes prêtes. Ce que j’ai à dire est tout simplement la chose suivante : soyez respectueuse de vous-mêmes, votre corps comme votre conscience. Soyez respectueuse de la Nature, celle qui nous offre généreusement tout ce dont nous avons besoin, celle qui nous a donné ce que nous avons de plus précieux : la vie. Se respecter soi-même ainsi que la Nature, faune et flore, c’est le moins que l’on puisse faire en tant que femmes riches vivant confortablement. Ne contribuez pas à salir notre planète en polluant ses eaux, ses terres et ses airs, en torturant et tuant ses animaux, ne contribuez pas à enrichir ces firmes industrielles qui n’ont que faire de concepts comme vie, santé, vérité, bien-être et qui n’ont comme unique désir que de s’enrichir sur votre dos.

 

Je vais essayer de vous expliquer brièvement. Ca ne va pas être facile car le sujet est vaste et mérite un livre entier et non un petit texte ! Je n’ai pas le temps de vous démontrer et de prouver quoi que ce soit dans cet article, alors vous allez devoir me croire sur parole, j’en suis désolée. Ceci est une très mauvaise méthode, mais bref !

 

Sachez que l’ensemble des produits que vous utilisez (produits cosmétiques et d’entretien) sont mauvais pour la santé et l’environnement. Ils ont très certainement été testés sur des animaux. Ils ne sont bons qu’à une chose : enrichir les marques, qui savent pertinemment qu’elles fabriquent de la merde en mentant aux clients. Ils s’en fichent : ça fonctionne très bien. Avez-vous déjà craqué devant un produit (produit lavant, soin ou maquillage, peu importe) vantant ses mérites soit de luxe (super crème avec un ingrédient au nom imprononçable qui fait « scientifique » à 80€ le mini pot, soit « naturel » avec de la « cerise verte naine du Maroc pour un concentré d’éclat et de douceur » ? Oui, surement, c’est arrivé à tout le monde. Eh bien c’est ainsi que les marques font leur beurre : vous croyez acheter un produit de qualité, sain et efficace, alors que vous acheter de la mort en tube. (Oui, je vous le concède, la formulation est osée, mais je n’ai pas pu résister ! ^^)

 

En gros, et sans prendre en compte les procédés de fabrication polluants et les tests sur les animaux, la composition par exemple d’un produit cosmétique est la suivante : de l’eau, un taux très élevé d’agents lavants décapants très agressifs, des conservateurs agressifs eux aussi à gogo, des parfums, beaucoup de parfum, encore un peu de parfum histoire de vraiment fixer cette odeur puissante et entêtante qui sent à 2 mètre de la bouteille fermée, tiens encore des conservateurs, des colorants pour donner une belle couleur au produit, des agents de textures pour lui donner une apparence agréable et diverse… pfiou, 30 ingrédients plus loin il y a les actifs, (vous savez, ce qui est sensé vous apporter un soin !) à hauteur de quoi… 1% ! Et j’suis large ! La plupart des produits agissent comme des occultants : ils recouvrent et bouchent les pores de votre peau ou votre cuir chevelu pour donner une apparence lisse/douce/brillante/etc, mais en dessous votre peau ou votre chevelure souffre !

 

Vous méritez mieux que ça. Les animaux ne méritent pas de souffrir pour notre beauté et notre hygiène. La Planète ne mérite pas d’être polluée pour ces mêmes raisons. Les femmes dans des pays en détresse ne méritent pas de crever dans l’ignorance totale alors qu’elles pourraient vivre un peu plus décemment si on leur achetait leurs ressources locales. Prenons l’exemple simple du rhassoul . C’est une simple poudre du Maghreb qui, une fois mélangé à de l’eau chaude pour former une patte, peut laver, embellir et fortifier les cheveux, laver le visage en resserrant les pores de la peau. Un produit 4 en 1 puisqu’il peut servir de shampooing, soins cheveux, nettoyant visage et masque visage bonne mine ! Et ça ne coute que quelques euros. 

 

Vous ne vous êtes jamais posé la question de savoir comment faisaient les femmes des années 1900, de la Renaissance, du Moyen-Âge, de l’Antiquité pour prendre soin d’elles ? Les crèmes/gommages/shampooing/mascara/blush/masques/etc… vendus dans des supermarchés, ça n’existait pas. Vous pensez qu’elles se contentaient de se laver le corps, le visage et les cheveux à l’eau et de ne rien faire d’autre ? Vous vous tromper lourdement. ^^ La terre offre généreusement tout ce qu’il faut pour se laver, s’épiler, se maquiller, soigner sa peau, ses cheveux, ses ongles…  Je n’ai pas besoin qu’une entreprise me dicte mes besoins et me force à acheter des tas de produits chers et inutiles. Aucune femme ne devrait être bernée de la sorte.

 

Bon . Je dérive trop fortement vers le combat cosmétiques de supermarché versus cosmétiques naturels. Ce n’était pas le but de cet article. Je reviendrais là-dessus car il y a des tas de choses à dire. Je vous expliquerais tout (si ça vous intéresse…) dans d’autres articles. Comprenez bien que je ne cherche en aucun cas à vous culpabiliser, à vous faire sentir inférieures par rapport à ma super intelligence, non ! Je suis curieuse et j’ai le temps de faire des recherches, point.

 

Avec ce texte j’espère juste attiser votre curiosité, éventuellement vous faire vous interroger un peu. Vous avez les moyens d’AGIR. Peu importe pour quoi ou comment, les causes sont innombrables et les moyens d’agir encore plus nombreux que cela encore ! Réfléchissez, questionnez le monde autour de vous, servez-vous d’internet ! Réfléchissez à ce que vous souffle votre cœur et faites quelque chose. Parlez entre vous, communiquez, partagez des choses. Cherchez des sites à soutenir, inscrivez-vous, signez des pétitions et diffusez-les. Faites des dons si vous avez les moyens (même 2€ par mois, ou 10€ une fois à l’année…). Cliquez ou regardez des pubs pour soutenir des assos’. Réfléchissez à qui vous donnez votre argent et pourquoi vous le faites. Réfléchissez à qui ou quoi vous voulez soutenir, promouvoir ou au contraire dénoncer, boycotter. Soyez conscient(e)s du monde dans lequel vous vivez et pesez le poids et les conséquences de vos actions. Insurgez-vous, indignez-vous. Ne vous laissez pas faire. Trouvez vos propres moyens d’agir. En Occident, nous avons largement les moyens d’accomplir tout cela, et bien plus encore. S’il vous plait, prenez conscience de cela. Agissons car ce sont plein de petits actes qui ont le pouvoir de changer le monde. Agissons car nous en avons les moyens, alors que d’autres ne l’ont pas. Agissons pour que cela change.

Nous vivons dans un monde parfait où des occidentales aisées se pomponnent dans leurs salles de bain équipées où l’eau chaude apparait d’un seul geste de la main. Ces occidentales se pomponnent avec des cosmétiques qui ont été fabriqués dans la douleur et l’égoïsme : ingrédients testés sur des animaux, procédés de fabrication hautement polluants et/ou dangereux de produits pétro-chimique allergènes, perturbateurs endocriniens voire même cancérigènes, bien-être du client totalement éclipsé par la volonté seule de s’enrichir. Et pendant ce temps là, des femmes dans certains pays pauvres ont faim, sont malades, n’ont pas de maison ou un accès restreint à l’eau potable, ont à peine de quoi se vêtir…

 

Les femmes occidentales bénéficiant du tout confort ne doivent pas se sentir coupable, je ne dis absolument pas cela. Mon but, c’était de vous faire réagir sur ce frappant décalage. Tout le sait, inconsciemment, et il faut que ça devienne conscient. Soyez conscientes de la chance que vous avez, et agissez en conséquence. Encore une fois, je ne vous dis pas de devenir bénévole et de partir sur le champ en mission en Afrique. À chacun son combat, à chacun son niveau d’implication selon la vie qu’il désire mener. J’aimerais simplement de tout cœur vous ouvrir les yeux.  

 

Est-ce que quelque chose remue en vous maintenant ? Vous n’êtes pas obligées de définir ce sentiment, dès lors que vous avez ressenti une émotion, vous êtes prêtes. Ce que j’ai à dire est tout simplement la chose suivante : soyez respectueuse de vous-mêmes, votre corps comme votre conscience. Soyez respectueuse de la Nature, celle qui nous offre généreusement tout ce dont nous avons besoin, celle qui nous a donné ce que nous avons de plus précieux : la vie. Se respecter soi-même ainsi que la Nature, faune et flore, c’est le moins que l’on puisse faire en tant que femmes riches vivant confortablement. Ne contribuez pas à salir notre planète en polluant ses eaux, ses terres et ses airs, en torturant et tuant ses animaux, ne contribuez pas à enrichir ces firmes industrielles qui n’ont que faire de concepts comme vie, santé, vérité, bien-être et qui n’ont comme unique désir que de s’enrichir sur votre dos.

 

Je vais essayer de vous expliquer brièvement. Ca ne va pas être facile car le sujet est vaste et mérite un livre entier et non un petit texte ! Je n’ai pas le temps de vous démontrer et de prouver quoi que ce soit dans cet article, alors vous allez devoir me croire sur parole, j’en suis désolée. Ceci est une très mauvaise méthode, mais bref !

 

Sachez que l’ensemble des produits que vous utilisez (produits cosmétiques et d’entretien) sont mauvais pour la santé et l’environnement. Ils ont très certainement été testés sur des animaux. Ils ne sont bons qu’à une chose : enrichir les marques, qui savent pertinemment qu’elles fabriquent de la merde en mentant aux clients. Ils s’en fichent : ça fonctionne très bien. Avez-vous déjà craqué devant un produit (produit lavant, soin ou maquillage, peu importe) vantant ses mérites soit de luxe (super crème avec un ingrédient au nom imprononçable qui fait « scientifique » à 80€ le mini pot, soit « naturel » avec de la « cerise verte naine du Maroc pour un concentré d’éclat et de douceur » ? Oui, surement, c’est arrivé à tout le monde. Eh bien c’est ainsi que les marques font leur beurre : vous croyez acheter un produit de qualité, sain et efficace, alors que vous acheter de la mort en tube. (Oui, je vous le concède, la formulation est osée, mais je n’ai pas pu résister ! ^^)

 

En gros, et sans prendre en compte les procédés de fabrication polluants et les tests sur les animaux, la composition par exemple d’un produit cosmétique est la suivante : de l’eau, un taux très élevé d’agents lavants décapants très agressifs, des conservateurs agressifs eux aussi à gogo, des parfums, beaucoup de parfum, encore un peu de parfum histoire de vraiment fixer cette odeur puissante et entêtante qui sent à 2 mètre de la bouteille fermée, tiens encore des conservateurs, des colorants pour donner une belle couleur au produit, des agents de textures pour lui donner une apparence agréable et diverse… pfiou, 30 ingrédients plus loin il y a les actifs, (vous savez, ce qui est sensé vous apporter un soin !) à hauteur de quoi… 1% ! Et j’suis large ! La plupart des produits agissent comme des occultants : ils recouvrent et bouchent les pores de votre peau ou votre cuir chevelu pour donner une apparence lisse/douce/brillante/etc, mais en dessous votre peau ou votre chevelure souffre !

 

Vous méritez mieux que ça. Les animaux ne méritent pas de souffrir pour notre beauté et notre hygiène. La Planète ne mérite pas d’être polluée pour ces mêmes raisons. Les femmes dans des pays en détresse ne méritent pas de crever dans l’ignorance totale alors qu’elles pourraient vivre un peu plus décemment si on leur achetait leurs ressources locales. Prenons l’exemple simple du rhassoul . C’est une simple poudre du Maghreb qui, une fois mélangé à de l’eau chaude pour former une patte, peut laver, embellir et fortifier les cheveux, laver le visage en resserrant les pores de la peau. Un produit 4 en 1 puisqu’il peut servir de shampooing, soins cheveux, nettoyant visage et masque visage bonne mine ! Et ça ne coute que quelques euros. 

 

Vous ne vous êtes jamais posé la question de savoir comment faisaient les femmes des années 1900, de la Renaissance, du Moyen-Âge, de l’Antiquité pour prendre soin d’elles ? Les crèmes/gommages/shampooing/mascara/blush/masques/etc… vendus dans des supermarchés, ça n’existait pas. Vous pensez qu’elles se contentaient de se laver le corps, le visage et les cheveux à l’eau et de ne rien faire d’autre ? Vous vous tromper lourdement. ^^ La terre offre généreusement tout ce qu’il faut pour se laver, s’épiler, se maquiller, soigner sa peau, ses cheveux, ses ongles…  Je n’ai pas besoin qu’une entreprise me dicte mes besoins et me force à acheter des tas de produits chers et inutiles. Aucune femme ne devrait être bernée de la sorte.

 

Bon . Je dérive trop fortement vers le combat cosmétiques de supermarché versus cosmétiques naturels. Ce n’était pas le but de cet article. Je reviendrais là-dessus car il y a des tas de choses à dire. Je vous expliquerais tout (si ça vous intéresse…) dans d’autres articles. Comprenez bien que je ne cherche en aucun cas à vous culpabiliser, à vous faire sentir inférieures par rapport à ma super intelligence, non ! Je suis curieuse et j’ai le temps de faire des recherches, point.

 

Avec ce texte j’espère juste attiser votre curiosité, éventuellement vous faire vous interroger un peu. Vous avez les moyens d’AGIR. Peu importe pour quoi ou comment, les causes sont innombrables et les moyens d’agir encore plus nombreux que cela encore ! Réfléchissez, questionnez le monde autour de vous, servez-vous d’internet ! Réfléchissez à ce que vous souffle votre cœur et faites quelque chose. Parlez entre vous, communiquez, partagez des choses. Cherchez des sites à soutenir, inscrivez-vous, signez des pétitions et diffusez-les. Faites des dons si vous avez les moyens (même 2€ par mois, ou 10€ une fois à l’année…). Cliquez ou regardez des pubs pour soutenir des assos’. Réfléchissez à qui vous donnez votre argent et pourquoi vous le faites. Réfléchissez à qui ou quoi vous voulez soutenir, promouvoir ou au contraire dénoncer, boycotter. Soyez conscient(e)s du monde dans lequel vous vivez et pesez le poids et les conséquences de vos actions. Insurgez-vous, indignez-vous. Ne vous laissez pas faire. Trouvez vos propres moyens d’agir. En Occident, nous avons largement les moyens d’accomplir tout cela, et bien plus encore. S’il vous plait, prenez conscience de cela. Agissons car ce sont plein de petits actes qui ont le pouvoir de changer le monde. Agissons car nous en avons les moyens, alors que d’autres ne l’ont pas. Agissons pour que cela change.

Partager cet article
Repost0

Le Journal

  • : La plume est la langue de l'âme...
  • : Lorsque la conteuse met son cœur à nu devant vous... Etats d'âmes, tranches de vie, réflexions, revues ludo-culturelles, engagement pour la Planète et un mode de vie non-violent.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Hyatt
  • ~ Douce folie ~ Naturelle sérénité ~ Sensuelle candeur ~ Amoureuse passionnée ~ Réaliste révolutionnaire ~ Désinvolte adulte ~ Dévouée amie ~ Rancunière enfant ~ Geekette déjantée ~ Esprit libre ~ Étrange drôlerie ~ Joyeuse rêveuse ~

[Tuto] Repérer et identifier une Hyatt sauvage

Carte d'identité : Hyatt, 1/4 chatte, 1/4 ourse, 1/4 rêve, 1/4 humaine.

Activités : faire le moins possible de mal durant son existence.

Peut être appâtée par : de la nourriture, un mot doux, un livre, du papier et un crayon, une séance de ciné, un jeu (plateau, carte, vidéo, de rôle...), un animal mignon, un dragon.

Se rencontre : généralement sur un canapé, dans un lit, derrière un ordinateur, dans la nature le plus près possible des arbres et/ou des étendues d'eau.

Se reconnait : à son tatouage en forme de rose sur la nuque et son labret (piercing au menton).

Un Truc À Chercher ?

Remerciements

Merci à vous tous de me lire et de parfois prendre le temps de me laisser un commentaire, ça me touche toujours beaucoup. Merci à mes lectrices et lecteurs d'un jour ou de toujours, que vous vous soyez manifestés à moi ou que j'ignore que vous me lisez.  

 

Il est vrai que j'écris avant tout pour moi-même, mais également pour vous un petit peu... Alors à vous tous que j'aime tant, qui réussissez à me supporter et me faites compter parmi vos proches, je vous dédie ce blog. Je vous dédie mes mots à tous.

 

 Merci.